Agrégateur de flux

Rallye - Ypres - Bouffier blessé, Neuville vainqueur

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - dim, 06/24/2018 - 15:10
Le leader du Championnat de France, Bryan Bouffier, a été touché aux...
Catégories: Sport

Mondial-2018: le Maroc et l'Espagne, passion commune du "futbol" et destins liés

France 24 - L'info en continu - dim, 06/24/2018 - 15:09
Le Maroc et l'Espagne sont séparés par les 14 kilomètres du détroit de Gibraltar. Mais depuis plus d'un siècle, le football joue le rôle de pont entre voisins: passion commune du clasico Real Madrid-Barcelone, vision du jeu similaire, ou encore joueurs binationaux aux destins croisés. Pour mesurer l'étroite relation footballistique entre les deux Royaumes, nul besoin de se rendre sur un terrain ou dans une boutique truffée de maillots du championnat d'Espagne. Rendez-vous plutôt à la chambre de commerce espagnole de Casablanca, la surprenante Maison blanche des supporters du Real Madrid. Comment imaginer qu'au coeur de ce sublime bâtiment des années 1960, où officiels, entrepreneurs, et autres capitaines d'industrie approfondissent les liens entre les économies des deux pays, se trouvent les locaux d'une des principales pena du club madrilène sur le sol marocain ? Fondée en 2003 par le vice-président de la chambre de commerce, la "pena madridista" est l'un des 8 groupes de supporters officiellement reconnus par le club merengue au Maroc, sans compter les écoles "socio-sportives" lancées par la fondation Real Madrid dans le nord du royaume maghrébin. "C'est là où l'on regarde tous les matchs du Real, que ce soit en Liga, en Champions League ou les amicaux, entre amis et entre membres", explique à l'AFP Nabil, 27 ans, l'un des cadres de l'association, en désignant l'écran panoramique qui surplombe un bar et une salle à la décoration 100% Real, avec même un mannequin taille réelle de Cristiano Ronaldo installé près des maillots dédicacés. - "Continuité géographique" - A quelques kilomètres de là, dans un complexe sportif adossé à un luxueux hôtel en bord de mer, des jeunes marocains apprennent même à toucher leur premier ballon... sous le maillot du Barça ! "Il y a une proximité Maroc-Espagne au niveau du jeu, au niveau de la formation", confie à l'AFP Gabriel Hicham Guedira, fondateur de FCB Escola, une ancienne académie du club catalan qui a pris son autonomie depuis 2017. Pour diffuser une philosophie de jeu inspirée du Barça, M. Guedira a notamment engagé Oscar Rey, jeune formateur de 28 ans qui officiait pour la fédération espagnole. "Il y a plus de rivalité ici qu'en Espagne pour le clasico ! C'est très curieux d'ailleurs. Quand ils sont fans du Barça ou du Real, ce n'est pas à moitié mais à fond", observe-t-il. Mais pourquoi une telle passion marocaine pour le foot espagnol ? "Philosophiquement, c'est une continuité géographique. Il ne faut pas oublier que les musulmans ont passé neuf siècles en Andalousie. Entre le Maroc et l'Espagne il y a 14 kilomètres quand même, c'est peu !", explique à l'AFP le président de la Fédération marocaine Fouzi Lekjaa. "Sur le plan football, il y a aussi beaucoup de ressemblances: le foot basé sur le talent, le spectacle... C'est cela qui explique l'attachement des marocains au foot espagnol", ajoute-t-il. Mais à quand remonte une telle fascination ? Pour comprendre, il faut se rendre dans l'ancien protectorat espagnol (1912-1954) au nord du pays, où demeurent les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Autour de Tanger et Tétouan, on utilise toujours les mots "gol", "campo" ou "partido" pour évoquer un but, le terrain ou le match de foot. - "Plus la TV espagnole que marocaine" - "Le nord du Maroc a été colonisé pendant des dizaines d'années par les Espagnols", rappelle le PDG d'une entreprise d'événementiel Abdelmalek Saoud qui espère fonder une nouvelle pena pro-Madrid à Tanger. "Et durant les années 1970-1980, on captait beaucoup plus la TV espagnole que marocaine, donc on suivait beaucoup plus la Liga que le championnat marocain. C'est à partir de là que les jeunes de l'époque ont suivi de plus près une équipe ou une autre." Au point de voir dans la génération actuelle six joueurs de la sélection marocaine évoluer en Liga sur les 23 sélectionnés pour le Mondial-2018. Avec pour symbole le latéral du Real Achraf Hakimi, né en Espagne mais qui a opté pour les Lions de l'Atlas. Les héritiers d'Abdallah Ben Barek, légende marocaine de Malaga, auraient même pu être sept si l'ancien joueur du Barça Munir El-Haddadi n'avait pas été empêché par le Tribuna arbitral du sport (TAS) de changer sa nationalité sportive espagnole au profit du Maroc. De là à changer la destinée du derby Espagne-Maroc de lundi ? "Quand on a vu l'Espagne au tirage au sort, on s'est dit +On aura chaud+ !", craint Nabil. Mais si l'Espagne s'incline, ça risque de chambrer fort dans le local pro-madrilène !
Catégories: Actualités

Japon - Sénégal : suivez la Coupe du monde 2018 en direct

Vainqueurs de leur premier match, « Samouraïs bleus » et « Lions de la Teranga » se disputent la tête du groupe H, à Iekaterinbourg.
Catégories: Actualités

Mondial-2018: l'Angleterre déroule contre le Panama à la pause 5-0

France 24 - L'info en continu - dim, 06/24/2018 - 15:04
Déjà cinq buts en 45 minutes: l'Angleterre n'a pas fait de détail lors de la première période de son deuxième match du Mondial-2018, dimanche contre le Panama, en menant 5-0 à Nijni Novgorod, un résultat qui qualifierait les Trois Lions pour les huitièmes de finale. Un but de Jesse Lingard (36), et deux doublés, celui de John Stones de la tête (8, 40) et du capitaine Harry Kane sur deux penaltys (22, 45+1) qui lui permettent de revenir sur Romelu Lukaku et Cristiano Ronaldo en tête du classement des buteurs, ont assuré une entame de match sereine aux hommes de Gareth Southgate. C'est seulement la cinquième fois en Coupe du monde qu'une équipe marque cinq buts ou plus dans une première période, selon le statisticien Opta. La dernière fois, c'était lors du fameux 7-1 infligé par l'Allemagne au Brésil en demies du Mondial-2014. L'Angleterre serait, avec deux victoires en deux matchs, qualifiée pour les 8es si la victoire se confirmait. Un succès anglais qualifierait également la Belgique et éliminerait le Panama et la Tunisie dans le groupe G. Il ne manque qu'un but aux Anglais - à condition qu'ils n'en prennent aucun - pour dépasser leur rival belge au classement du groupe, ce qui leur permettrait d'être qualifiés en tant que premier de poule même en cas de match nul contre les Diables Rouges, jeudi lors de la "finale" tant attendue du groupe.
Catégories: Actualités

En direct : le régime ultra-présidentiel d'Erdogan à l'épreuve des élections

France 24 - L'info en continu - dim, 06/24/2018 - 15:03
Plus de 56 millions d'électeurs turcs sont appelés à voter, dimanche, pour un scrutin à la fois présidentiel et législatif. Suivez en direct cette journée cruciale pour le président Erdogan, qui doit faire face à une opposition unie.
Catégories: Actualités

Banksy a-t-il encore frappé a Paris? Ces œuvres laissent penser que oui

Le Huffington Post - dim, 06/24/2018 - 15:01
Banksy a-t-il encore frappé a Paris? Ces œuvres laissent penser que oui
Catégories: Actualités

Mondial-2018: la Belgique colosse offensif à la défense d'argile ?

France 24 - L'info en continu - dim, 06/24/2018 - 15:00
Avec huit buts en deux matches, l'attaque de la Belgique emmenée par Eden Hazard et Romelu Lukaku éblouit. Au point de rendre parfois aveugle sur les limites d'une défense qui devra encore convaincre face à des adversaires plus coriaces. "Aujourd'hui, n'oubliez pas que c'est une équipe qui convenait à notre style". On peut toujours compter sur Roberto Martinez pour casser l'ambiance. Alors que supporters, journalistes, spectateurs se frottaient encore le ventre pour digérer le festin offensif offert par les Diables Rouges et les Aigles de Carthage lors d'un match enfin généreux en buts dans ce Mondial (5-2), le sélectionneur belge, lui, ne perdait pas le nord. "Je trouve que nous n'avons pas toujours assez bien gardé le ballon. Avec une avance de deux buts, on aurait dû contrôler la situation un peu mieux", a-t-il encore lâché. Rabat-joie le technicien espagnol ? Pas tant que ça, ses joueurs eux-même n'étant pas dupes de ce deuxième succès qui leur ouvre quasiment les portes du tour suivant avec 6 points et une différence de but enviable de +6. - Souplesse tactique en défense - Mais elle aurait pu être plus large sans un relâchement sur un coup franc chirurgical de Wahbi Khazri sur la tête de Dylan Bronn deux minutes à peine après le but du 2-0, et sans une réalisation de Khazri, récompensé pour son inlassable activité, dans les dernière secondes. "Pour les prochains matches, ça ne devra pas arriver et ça n'arrivera pas", a promis Youri Tielemans, après le match. "En Coupe du monde, il faut toujours être concentré, de la première à la dernière minute", a renchéri le gardien Thibaut Courtois. Mais ces deux buts encaissés vont encore apporter de l'eau au moulin de ceux qui estiment que la défense reste le talon d'Achille qui empêchera peut-être les Diables de toucher du doigt le paradis d'un titre majeur. En cause, le virage tactique amorcé par Martinez à son arrivée en installant une défense à trois comme option défensive préférentielle. La Belgique a mis du temps à assimiler pleinement ce nouveau système car il nécessite des joueurs très spécifiques, notamment sur les flancs. Thomas Meunier, à droite, n'est pas trop dérangé par ce rôle de piston, mais à gauche, Yannick Ferreira-Carrasco, davantage attaquant que défenseur, fait encore parfois lever un sourcil dubitatif aux puristes, même si ses progrès son flagrants. La Belgique conserve toutefois une capacité à passer rapidement à une défense à quatre plus courante dans le football actuel et jugée plus rassurante. Une souplesse tactique qui a payé contre le Panama en seconde période où les trois buts ont été inscrits (3-0) "Il faut toujours faire en fonction de l'adversaire, on ne peut pas juste jouer notre jeu sans faire attention à ce que l'adversaire fait (...) La variation du coach de jouer à quatre derrière en deuxième mi-temps a été très positive", a rappelé Meunier. - 1 but encaissé pour 3,5 de marqués - "Ce n'est pas à cause du système" qu'on concède beaucoup d'occasions, a plaidé Courtois. "À Chelsea, on joue aussi à trois derrière et on n'encaisse pas beaucoup de buts". "On joue plus offensif, on joue avec le ballon, tu sais que quand tu joues comme ça, les autres équipes vont avoir des occasions contre toi. Il faut juste défendre bien et essayer de faire les arrêts", a-t-il encore assumé. Les statistiques peinent d'ailleurs à donner raison aux contempteurs de la défense belge. Avec 19 buts encaissés en 21 matches, en comptant ceux de samedi, l'arrière-garde belge n'a rien d'une passoire. Et en football, il y a toujours deux façons de gagner un match: en prenant un but de moins que l'adversaire ou en en marquant un de plus. Avec 72 ballons propulsés au fond des filets adverses dans le même laps de temps - 3,5 de moyenne par match ! -, la Belgique a clairement opté pour la seconde. Qui ira le lui reprocher ?
Catégories: Actualités

Drôle de Tech : la météo du futur, une « feuille furtive » qui rend invisible et un grand orchestre de robots

Dans le viseur de Drôle de Tech cette semaine, des drones pourraient remplacer des caméras sur les autoroutes, une incroyable révolution se prépare pour la météo télévisée, nos smartphones pourront bientôt créer de superbes ralentis vidéo, l’étonnante invention de chercheurs américains pour...
Catégories: Sciences

Mondial-2018: la France à la recherche du style Deschamps

France 24 - L'info en continu - dim, 06/24/2018 - 14:59
Didier Deschamps, un sélectionneur sans style ? A l'image des victoires des Bleus contre l'Australie (2-1) et le Pérou (1-0), les équipes dirigées par le technicien français se distinguent rarement par leur jeu flamboyant, mais en général, elles gagnent, et le sélectionneur prend plus de risques que ne le disent ses détracteurs. Pour Xavi, l'ancien milieu de terrain emblématique de l'équipe d'Espagne, ce qu'affirment certains commentateurs critiques est "faux", Deschamps a bien "un style". "Simplement, lui ou Simeone (l'entraîneur de l'Atlético Madrid) sont d'une autre école que Löw (sélectionneur allemand), Lopetegui (ex-sélectionneur espagnol) ou Guardiola (entraîneur de Manchester City). Deschamps n'a pas changé d'idée en devenant coach: solidité défensive et contre-attaque. Il s'en fiche d'être dominé car il accorde plus d'importance à son organisation défensive qu'offensive. Son équipe n'en est pas moins compétitive", a souligné l'ex-joueur du Barça dans le Journal du Dimanche. Avant la science tactique, Deschamps est d'abord réputé pour sa gestion des hommes et sa manière de motiver un vestiaire. "Il a une très bonne relation avec tous les joueurs car il était joueur et il les comprend bien", a encore dit le milieu de terrain Paul Pogba dimanche. - "La gagne" - L'ancien attaquant international Yannick Stopyra dresse pour l'AFP le parallèle entre la gestion de l'entraîneur Deschamps et sa carrière de joueur: "Chez lui, c'est le collectif qui prime. Il l'a appris comme joueur quand il était à Nantes. Puis il est rentré dans une sphère de la gagne avec Marseille et la Juventus. Deschamps, c'est quelqu'un qui fait très attention à la vie de groupe et surtout c'est la culture de la gagne et du résultat. Ses résultats lui donnent raison". En équipe de France, la gestion Deschamps est d'ailleurs souvent comparée à celle d'Aimé Jacquet pour le titre mondial de 1998, avec trois milieux de terrain à vocation défensive, dont son capitaine... Didier Deschamps. Mais l'actuel sélectionneur est un pur pragmatique et n'hésite pas à intégrer des jeunes et faire évoluer ses équipes en fonction des adversaires et de la forme du moment. Ses Bleus ont signé quelques performances étonnantes pendant les éliminatoires du Mondial dont la fameuse victoire contre les Pays-Bas en août dernier (4-0), avec un 4-4-2 très offensif où Thomas Lemar s'est mis en valeur en signant un doublé. Au mois de mars, en amical contre la Colombie, ses joueurs ont livré une très belle première période, avant de lâcher en seconde et de s'incliner 3-2. - "Il cherche" - Et dans cette Coupe du monde, Deschamps a lancé un trio très jeune et technique avec Mbappé-Griezmann-Dembélé contre l'Australie (2-1). Mais puisque ça n'a pas vraiment fonctionné, avec une victoire poussive, il a finalement relancé les expérimentés Olivier Giroud et Blaise Matuidi contre le Pérou et demandé à Kylian Mbappé de mieux intégrer le logiciel DD en faisant davantage d'efforts défensifs. "C'est quelqu'un qui cherche", juge Stopyra. "Quand il ne fait pas jouer Giroud ou qu'il sort Griezmann avant la fin d'un match, il leur envoie aussi un message". Les joueurs de l'équipe de France ont parfaitement intégré cette mentalité de gagneur. La France peut-elle faire plus de spectacle ? "C'est sûr que 5-0 ça plairait plus à vous (les médias) et aux Français, mais 1-0 ou 5-0, c'est quand même trois points", rétorque Corentin Tolisso. "On peut toujours mieux faire. Peut-être que si on marque trois buts c'est bien, mais le plus important, c'est de gagner les matchs". Et puis les rencontres de poules de ce Mondial sont très disputées comme l'ont montré les contreperformances de l'Argentine ou de l'Allemagne. Pendant ce temps, les Bleus, déjà finalistes de l'Euro-2016, se sont qualifiés pour les 8es de finale, sans vraiment briller, mais sans trop trembler. A la Deschamps.
Catégories: Actualités

Peut-on créer des rituels à la demande ?

Des designers proposent de créer des microcérémonies personnalisées. Vous avez une contravention ? Faites-la cuire à la poêle et mangez-la. Un concept qui intéresse aussi Microsoft ou Apple, explique Rémi Sussan sur le blog Internet Actu.
Catégories: Actualités

FR NW PKG TURQUIE JOUR DE VOTE V2

France 24 - L'info en continu - dim, 06/24/2018 - 14:52
Forte affluence ce matin dès l''ouverture de ce bureau de vote d''Istanbul. Le scrutin ne semble jamais avoir été aussi ouvert en quinze ans de règne de Recep Tayyip Erdogan. C''est pourqoi il est d''autant plus important de venir déposer son bulletin dans l''urne,VOX POP"Tonight things may change (in Turkey). This might be a big change, this might be a good change.""Ce soir les choses pourraient changer. Cela pourrait être un grand changement, dans le sens positif du terme"Si changement il y a, il sera incarné par cet homme, Muharrem Ince. Ce professeur de physique de 54 ans n''a été désigné qu''en mai candidat du CHP, parti de centre gauche. En moins de deux mois, il est devenu le premier opposant à Recep Erdogan. MUHARREM INCE, SAYING: "I hope it will be good for our people and our country. I hope whatever is the best happens. Thank you all.""J''espère que cela va apporter de bonnes choses. J''espère tout simplement ce qu''il y a de meilleur pour notre pays. Merci à tous"Plaidant le dialogue avec les Kurdes, il a promis s''il est élu de mettre fin dans les 48 heures à l''état d''urgence en vigueur depuis la tentative de coup d''Etat en 2016. C''est sous haute sécurité et entouré de ses trois petits enfants que le président turc a voté un peu plus tard dans la matinée à Istanbul.TURKISH PRESIDENT TAYYIP ERDOGAN, SAYING: "Turkey is staging a democratic revolution with this election""Une révolution démocratique est en marche en Turquie avec cette élection" Face à lui, une autre opposante de poids, Meral Aksener, la seule femme candidate. PARTY PRESIDENTIAL CANDIDATE MERAL AKSENER, SAYING: "You cannot object to the outcome of the election or to the voters'' preferences. But the most important thing here is free will." "On ne peut pas s''opposer au résultat de l''élection ni au choix des électeurs. Ce qu''il y a de plus important ici, c''est le libre arbitre"iSurnommée la dame de fer turque, elle est à la tête du parti nationaliste...Sa candidature plaît aux milieux conservateurs et elle pourrait siphonner des voix au candidat Erdogan. Le faiseur de roi pourrait bien être le vote des Kurdes, qui représentent 18 % de la population.Le candidat du HDP, Selahattin Demirtas, accusé de soutenir le PKK, a fait campagne depuis sa cellule....C''est donc sa femme qui a déposé son bulletin dans l''urne sous l''oeil des caméras.
Catégories: Actualités

Coupe du monde 2018: Paul Pogba défend Antoine Griezmann

Le Huffington Post - dim, 06/24/2018 - 14:50
Coupe du monde 2018: Paul Pogba défend Antoine Griezmann
Catégories: Actualités

Fashion week: la touche haute couture de Dior homme

ladepeche.fr - dim, 06/24/2018 - 14:45
(AFP) - Des broderies, du tulle, du rose pâle, des fleurs: pour sa première collection chez Dior homme, le Britannique Kim Jones, transfuge de Louis Vuitton, s'est plongé dans les archives haute couture de la maison et présenté samedi un vestiaire masculin tout en souplesse.Le défilé était l'un des plus attendus de la Fashion week printemps-été 2019 avec celui, jeudi, de Virgil Abloh qui lui a succédé à la tête des collections masculines de...
Catégories: Actualités

Espagne : Pedro Sanchez exige le départ de la dépouille de Franco

L' Essentiel - SudOuest.fr - dim, 06/24/2018 - 14:44

Le corps du dictateur est un symbole trop clivant pour les Espagnols, estime le nouveau président.
Le gouvernement espagnol veut le transfert "immédiat" de la dépouille du dictateur Francisco Franco de son mausolée près de Madrid, qui sert de lieu de commémoration de la guerre civile. L'objectif est d'en faire de cet endroit... Lire la suite

Catégories: Actualités

FR NW SOT PAUL POGBA 14H COURT

France 24 - L'info en continu - dim, 06/24/2018 - 14:43
2018-06-24 14:45 FR NW SOT PAUL POGBA 14H COURT
Catégories: Actualités

Foot - POR - Sporting - Bruno de Carvalho quitte le Sporting

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - dim, 06/24/2018 - 14:42
Le président a confirmé son départ du Sporting, un club qu'il a...
Catégories: Sport

Le Maire: les pensions de réversion doivent être "plus justes et efficaces"

France 24 - L'info en continu - dim, 06/24/2018 - 14:40
Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a dit dimanche "accorder une importance majeure" aux pensions de réversion, soulignant toutefois qu'elles doivent être revues pour être "plus justes et plus efficaces". Interrogé dans le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, le ministre a indiqué au passage que sa mère faisait partie des 4 millions de Français, dont 90% de veuves, qui sont concernées. "Quand vous êtes veuve, la vie est objectivement plus difficile", a souligné M. Le Maire, tout en expliquant que, comme la ministre de la Santé Agnès Buzyn l'a dit, "on ne touchera pas aux pensions de réversion déjà versées, on ne va pas revenir sur ce qui est acquis". L'idée du gouvernement est, cependant, "d'avoir des pensions plus justes, qui aillent aux personnes qui en ont réellement le plus besoin" et que ces pensions "soient efficaces". Sans vouloir se prononcer sur un éventuel plafonnement de ces pensions et en renvoyant à Mme Buzyn et aux discussions sur la réforme des retraites qu'elle prépare, le ministre des Finances a répété y être "très attaché" car "pour les veuves, au quotidien c'est très difficile". "Ce qui me choquerait c'est que les veuves n'aient pas les moyens de vivre dignement dans notre pays", a-t-il martelé en estimant que "cela n'interdit pas de revisiter le dispositif pour être plus efficace et plus juste", et qu'on pourrait imaginer "des pensions qui vont à ceux qui ont les niveaux de retraite les plus faibles". Dans le chapitre de la loi Pacte qui concerne l'épargne retraite, dont il espère qu'elle va se développer "massivement" dans les années à venir, il a expliqué avoir ajouté "une obligation de proposition de réversion pour l'épargne retraite". "Tout salarié qui aura un dispositif se verra obligatoirement proposer une option de réversion. Cela n'existait pas auparavant cela existera quand la loi Pacte sera adoptée", a-t-il relevé, en estimant que cela permettra "à ceux qui se retrouveront veuf ou veuves demain d'avoir davantage de retraite, et de pouvoir bénéficier d'une part de retraite de leur conjoint".
Catégories: Actualités

Turquie : les principaux candidats à la présidentielle ont voté

France 24 - L'info en continu - dim, 06/24/2018 - 14:36
Les élections présidentielle et législatives anticipées ont lieu le 24 juin en Turquie. Retour en images sur les événements marquants depuis l'arrivée au pouvoir de l'actuel président Recep Tayyip Erdogan, qui brigue dimanche un nouveau mandat.
Catégories: Actualités

Mondial-2018: l'Allemagne a sauvé sa tête, mais Löw a du travail

France 24 - L'info en continu - dim, 06/24/2018 - 14:36
Joachim Löw le sait: la victoire à l'arrachée de l'Allemagne contre la Suède samedi (2-1) peut être un déclencheur psychologique pour son équipe, mais elle n'a pas effacé d'un coup les carences entrevues lors du premier match, perdu contre le Mexique (1-0). Toni Kroos, de son coup franc d'anthologie, a sauvé son pays d'une élimination qui lui pendait au nez. Mercredi contre la Corée du Sud, une victoire avec deux buts d'écart offrira à coup sûr la qualification pour les 8es de finales, quel que soit le résultat du match Suède-Mexique en parallèle. Les outsiders Sud-Coréens n'ont sans doute pas les moyens d'arrêter les champions du monde. Mais ensuite ? Lors de la phase à élimination directe, il faudra être capable de reproduire pendant 90 minutes un niveau de jeu que la Mannschaft n'a tenu qu'en seconde période contre la Suède. "Après trois mi-temps laborieuses et sans cap défini, l'équipe d'Allemagne a enfin montré durant les 45 dernières minutes à Sotchi les vertus absolument indispensables à qui veut aller loin: l'engagement, la détermination, la volonté de s'affirmer", commente dimanche matin le magazine allemand Kicker sur son site internet. - Où est le bloc défensif ? - La première période contre la Suède a en effet ressemblé à la défaite contre le Mexique. Malgré une possession de balle écrasante, les quadruples champions du monde se sont fait piéger les premiers sur un contre, à la suite d'un ballon perdu par Kroos. Et pendant ce temps, les attaquants butaient sur une défense regroupée, en partie par manque d'imagination et de créativité. "Notre problème, c'est que nous perdons notre ligne de conduite et que nous nous mettons en difficulté nous-mêmes avec de mauvaises passes. Nous devons être plus calmes et plus concentrés", a assuré après le match le manager général de l'équipe, l'ancien international Oliver Bierhoff, très proche du sélectionneur Joachim Löw. Contre le Mexique, les montées des latéraux n'avaient en outre pas été couvertes, ouvrant des boulevards aux attaquants sud-américains en contre. L'autre chantier se situe devant, avec l'absence pour l'instant d'un véritable buteur capable de débloquer les situations. "Nous avons eu des phases pendant lesquelles nous étions bien, nous nous sommes créé des occasions mais nous ne les avons pas concrétisées", a admis Toni Kroos, le héros de la soirée. - Décisions délicates - Depuis la retraite de Miroslav Klose, le recordman des buts en Coupe du monde (16), l'Allemagne se cherche un avant-centre. Thomas Müller, qui avait assuré l'intérim en 2014, est jusqu'ici passé à côté de son tournoi. L'éclosion de Timo Werner, 22 ans, brillant l'an dernier en Coupe des confédérations, a laissé penser un peu vite que le problème était réglé. Mais l'attaquant de Leipzig vient de traverser deux matchs sans marquer ni se montrer dangereux devant le but. Pour continuer à marcher vers la cinquième étoile, Joachim Löw va probablement devoir prendre des décisions délicates. Contre la Suède, son audace a été récompensée: Özil et Khedira, deux de ses joueurs fétiches, sont restés sur le banc et il a fini le match avec cinq attaquants dont quatre n'étaient pas des champions du monde-2014. Jusqu'où est-il prêt à renouveler l'équipe en écartant les "historiques" ? Thomas Müller, hors du coup, sera-t-il le prochain sacrifié ? Soucieux, en bon coach, de maintenir son effectif sous pression, Löw a assuré que "ceux qui n'ont pas joué vont bien sûr être utilisés. De même que Mesut Özil et Sami Khedira, nous aurons besoin des deux", a-t-il ajouté. Sa prochaine composition contre la Corée donnera un signal pour la suite de la compétition.
Catégories: Actualités

Rugy/révision constitutionnelle: "la bataille du Parlement ne fait que commencer"

France 24 - L'info en continu - dim, 06/24/2018 - 14:36
Alors que les députés vont entamer cette semaine l'examen en commission du projet de révision constitionnelle, "la bataille du Parlement ne fait que commencer", a estimé le président de l'Assemblée François de Rugy (LREM) dans une tribune au Parisien/Aujourd'hui en France de dimanche. "La révision constitutionnelle voulue par le président de la République entre, enfin, dans sa phase active (...) Nous avons là l?occasion de redonner du poids au Parlement : un Parlement mieux organisé, plus efficace et plus utile", a affirmé le locataire du perchoir. Sans détailler les amendements que proposera la majorité pour renforcer le rôle du Parlement, François de Rugy en a tracé les contours. "Le rôle du Parlement est de voter de bonnes lois. Pour cela, il faut commencer par évaluer l?efficacité des lois existantes. Il faut aussi rendre notre ordre du jour plus prévisible, pour pouvoir préparer en amont les textes", a plaidé ce député de Loire-Atlantique, dans son troisième et dernier mandat. "Nous plaidons pour un programme législatif prévisionnel du gouvernement, sur la durée de la session ou d'une demi-année, pour avoir plus de visibilité sur nos travaux", a-t-il insisté dimanche midi sur BFMTV. "Cela permettra de faire des priorités et des lois de meilleure qualité", a-t-il jugé, en tirant les lecons des "dysfonctionnements du premier semestre 2018" où les députés ont enchaîné au printemps l'examen de projets de loi très lourds (asile-mmigration, agriculture, logement, formation, etc) sur un temps très resserré. L'une des porte-parole des députés LREM, Aurore Bergé, a déclaré pour sa part dans "Dimanche en politique" sur France 3 n'avoir "pas de difficulté avec l'ordre du jour", mais avec "la manière dont des débats n'avancent pas parfois dans l'hémicycle, avec les mêmes débats parfois en commission et en séance, avec des navettes interminables". "Je pense qu'on peut aller plus vite", a ajouté cette élue des Yvelines, ancienne juppéiste, selon laquelle "les gens sur le terrain nous demandent d'aller très très vite parce qu'ils veulent des résultats immédiats". Le président de l'Assemblée a défendu également le raccourcissement de la procédure législative, jugeant que "les meilleurs débats ne sont pas les plus longs". "La démocratie sortira renforcée de débats législatifs qui feront primer le travail de fond sur les polémiques", a-t-il estimé. Par ailleurs, François de Rugy a milité pour le renforcement du travail de contrôle et d'évaluation de l'Assemblée, "une bataille culturelle" selon lui. "Avec la fabrique de la loi, évaluer le coût et l?efficacité des politiques publiques fait partie des missions d?une assemblée moderne. Or, l?Assemblée nationale ne dispose que de moyens limités pour y parvenir. La réforme de la Constitution est l?occasion de renforcer l?autonomie et les moyens du Parlement", a-t-il argumenté. Un groupe de travail transpartisan de l'Assemblée a suggéré de créer une "agence d'évaluation parlementaire" qui pourrait aider les députés à expertiser les textes proposés par le gouvernement. Commune à l'Assemblée et au Sénat, elle serait dotée d?une quarantaine d?experts et de 5 millions d'euros annuels. Plutôt que de "créer de toutes pièces" cette agence, François de Rugy propose que l'Assemblée "prenne la tutelle de France Statégie", organisme d'expertise et d'analyse prospective actuellement rattaché au Premier ministre. "C'est un sujet en discussion", a-t-il dit, interrogé sur le fait de savoir si Matignon accepterait de perdre cette tutelle.
Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur