Actualité

Une capsule de ravitaillement vers la Station Spatiale amène de nouvelles expériences

France 24 - L'info en continu - lun, 05/21/2018 - 16:56

La firme américaine Orbital ATK a lancé tôt lundi sa capsule non habitée Cygnus vers la Station spatiale internationale (ISS), avec à bord du ravitaillement pour l'équipage mais aussi des expériences scientifiques sur le grand froid ou le comportement du ciment en apesanteur.

La fusée Antares à deux étages a décollé du centre spatial de Wallops Island, sur la côte de Virginie (est des Etats-Unis), à 04H44 locales (08H44 GMT) à la fin d'une fenêtre de tir de cinq minutes.

Cygnus et ses 3,5 tonnes de fret doivent s'amarrer jeudi à la station.

Parmi les 34 nouvelles expériences à bord, le nouveau dispositif intitulé laboratoire d'atome froid (CAL). La Nasa espère que le CAL conduira à de nouveaux progrès de la physique moderne.

"CAL crée une température dix milliards de fois plus froide que le vide spatial, puis utilise des lasers et forces magnétiques pour ralentir les atomes jusqu'à ce qu'ils soient pratiquement immobiles", a indiqué la Nasa dans un communiqué.

"Les résultats de cette recherche pourraient potentiellement conduire à un nombre de technologies améliorées dont des capteurs, des ordinateurs quantiques et des horloges atomiques utilisées dans la navigation spatiale", a poursuivi l'agence américaine.

A bord également, le premier système commercial européen --partenariat entre l'Agence spatiale européenne et la compagnie belge Ice Cubes Service-- vise à accroître l'accès des chercheurs au laboratoire de l'espace en livrant des cubes d'expérimentation "plug-and-play", des modules à bas coûts et faciles à utiliser pour faire des expériences à bord.

Aussi à bord, Plant Habitat-01, une expérimentation qui pourrait favoriser l'aptitude des astronautes à faire pousser leurs propres aliments.

Cela contient "un environnement clos contrairement à tout autre plante que nous avons eu jusqu'ici à la station", a précisé Kirt Costello, chef scientifique de la Station spatiale internationale (ISS).

Trois autres caissons de plantes, où les astronautes font pousser de la salade à manger, sont déjà à bord de l'ISS.

Une autre expérience à bord de la capsule Cygnus vise également à tester comment le ciment agit dans l'espace et s'il va durcir et se fixer comme il le fait sur Terre. Pour les futurs explorateurs de Mars, c'est une variable importante à prendre en compte pour la construction d'habitations sur la planète rouge.

Une fois déchargée de sa cargaison, Cygnus sera chargée de déchets. Elle sera désamarrée à la mi-juillet et plongera dans l'atmosphère, se désintégrant au-dessus de l'océan Pacifique.

Catégories: Actualités

La Maison Blanche qualifie les membres du gang MS-13 d'"animaux violents"

France 24 - L'info en continu - lun, 05/21/2018 - 16:54

La Maison Blanche a diffusé lundi un communiqué au ton particulièrement virulent concernant les membres du gang MS-13 qu'elle qualifie d'"animaux violents", reprenant une formulation employée à l'oral par Donald Trump il y a quelques jours.

"Ce que vous devez savoir sur les animaux violents du MS-13": sous ce titre, la présidence américaine détaille, dans un communiqué de près de 500 mots dans lequel le mot "animaux" est mentionné dix fois, plusieurs crimes dont ce gang ultra-violent est accusé, du Maryland au Texas.

"Trop d'Américains innocents ont été les victimes de la violence inimaginable de ces animaux du MS-13", affirme le texte en introduction.

"Toute l'administration du président Trump travaille sans relâche pour que ces animaux violents soient traduits en justice", conclut-il.

A l'occasion d'une table ronde organisée la semaine dernière à la Maison Blanche sur les "villes sanctuaires", M. Trump avait longuement dénoncé la cruauté du MS-13, dont la plupart des membres sont d'origine salvadorienne.

"Nous expulsons des gens du pays (...) vous ne pourriez pas croire à quel point ces gens sont méchants", avait-il affirmé. "Ce ne sont pas des hommes, ce sont des animaux", avait-il ajouté, suscitant de vives réactions de la part de nombreux élus à travers les Etats-Unis.

Reprenant l'un de ses thèmes favoris, le président américain avait par ailleurs estimé que l'afflux d'immigrants illégaux résultait du fait que les Etats-Unis disposent "des lois sur l'immigration les plus stupides au monde".

La Californie, Etat le plus peuplé du pays et bastion démocrate, est engagée dans un bras de fer légal et politique avec l'administration fédérale sur l'immigration.

Catégories: Actualités

Le camp de Yarmouk à Damas, un des symboles du calvaire syrien

France 24 - L'info en continu - lun, 05/21/2018 - 16:50

Après le siège, la faim, la domination jihadiste, puis le déluge de bombes et sa reconquête par le régime : le camp de Yarmouk, dans le sud de Damas, a vécu un calvaire depuis le déclenchement du conflit syrien il y a sept ans.

Ce camp de réfugiés palestiniens, devenu au fil des ans un quartier résidentiel, ainsi que les districts voisins de Hajar al-Aswad, Qadam et Tadamoun, formaient jusqu'à dimanche le dernier bastion de l'organisation Etat islamique (EI) dans la capitale avant sa reconquête lundi par les forces de Bachar al-Assad.

Asphyxié depuis mi-2013 par un implacable siège, comme la Ghouta orientale avant sa récente reconquête sanglante par le pouvoir syrien, Yarmouk a été pilloné jour et nuit depuis le 19 avril par l'aviation et l'artillerie du régime avant qu'un cessez-le-feu n'entre en vigueur le 19 mai.

L'offensive a été menée par le régime, épaulée par des factions palestiniennes locales. Moscou étant engagé militairement au côté du pouvoir, des officiers russes supervisaient l'opération, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les combattants de l'EI qui contrôlaient jusqu'à l'arrêt des hostilités la moitié du camp et 15% du quartier voisin de Tadamoun, selon l'OSDH, ont fini par déposer les armes et accepter un accord d'évacuation négocié par les Russes et les factions palestiniennes.

Quelques 1.600 combattants et civils ont ainsi été évacués, entre dimanche et lundi, à bord de 32 bus, selon l'OSDH.

Situé à 7 kilomètres du centre de Damas, Yarmouk était initialement un camp de réfugiés créé par l'ONU dans les années 1950 pour accueillir les Palestiniens chassés de leurs terres ou fuyant la guerre israélo-arabe après la création de l'Etat hébreu en 1948.

Il s'est transformé au fil des décennies en un quartier résidentiel et commercial, qui s'étend sur deux kilomètres carrés, mais a gardé son nom de "camp".

Avant le début du conflit syrien en 2011, il abritait environ 160.000 réfugiés palestiniens, ainsi que des Syriens. Désormais, seules quelques centaines de personnes y vivent.

Fin 2012, quelque 140.000 réfugiés ont fui Yarmouk en une semaine alors que le régime y menait une campagne de bombardements pour tenter de contrer l'avancée des jihadistes.

L'EI, avec l'aide des combattants du Front al-Nosra, l'ex-branche d'Al-Qaïda qui domine aujourd'hui la coalition jihadiste Hayat Tahrir al-Cham, s'en est emparé en avril 2015 avant d'en expulser un an plus tard son rival jihadiste.

- Désolation -

Yarmouk vivait assiégé depuis juin 2013. Les habitants y survivaient dans la désolation et un dénuement extrême.

Avant la dernière offensive du régime, quelque 6.000 réfugiés palestiniens vivaient encore à Yarmouk et 6.000 dans les alentours, selon l'Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA).

La situation humanitaire, très dure depuis plusieurs années, s'est dégradée davantage.

Le dernier hôpital dans le camp, l'hôpital Palestine, était hors service, selon l'agence onusienne.

En 2014 déjà, l'UNRWA s'alarmait. "Dans le lexique de l'inhumanité de l'Homme envers son frère s'ajoute un nouveau terme: Yarmouk", assénait son porte-parole, Chris Gunness.

A l'époque, une photo de milliers d'habitants en attente d'aide, visages émaciés, avait fait le tour du monde. "Les gens sont réduits à manger des aliments pour animaux et des femmes meurent en couche, faute de soins", déplorait-il.

Catégories: Actualités

Grève de fonctionnaires : les perturbations à prévoir mardi

A Paris, leadeurs de la CGT, de Force ouvrière (FO) et de la CFDT défileront ensemble pour la première fois depuis 2010.
Catégories: Actualités

Washington menace l'Iran de sanctions "sans précédent" s'il n'accepte pas ses conditions

France 24 - L'info en continu - lun, 05/21/2018 - 16:49

Les Etats-Unis ont menacé l'Iran de sanctions "sans précédent" si Téhéran ne se plie pas à leurs conditions draconiennes pour conclure un "nouvel accord" beaucoup plus vaste, après le retrait américain controversé du texte de 2015 sur le nucléaire iranien.

"L'Iran n'aura plus jamais carte blanche pour dominer le Moyen-Orient", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo en présentant la "nouvelle stratégie" des Etats-Unis après la décision fracassante annoncée le 8 mai par Donald Trump.

Le "non" américain à l'accord conclu il y a trois ans par les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) avec le régime de Téhéran pour l'empêcher de se doter de la bombe atomique a suscité la colère des Européens, qui avaient tenté, en vain, de négocier avec Washington des solutions pour "durcir" le compromis de 2015 et s'attaquer aux autres comportements iraniens jugés "déstabilisateurs" dans la région.

Les alliés européens des Etats-Unis sont d'autant plus agacés que cette décision induit le rétablissement total des sanctions américaines, avec un effet collatéral qu'ils dénoncent: les entreprises européennes présentes en Iran n'auront plus accès au marché américain, et seront donc la plupart du temps obligées d'abandonner leurs investissements iraniens.

L'Union européenne, et en premier lieu Paris, Londres et Berlin, attendaient donc le discours de Mike Pompeo qui avait promis d'esquisser sa vision pour l'après.

Or le secrétaire d'Etat américain, connu pour sa ligne dure, ne leur a pas vraiment tendu la main. Il a réclamé le "soutien" des alliés des Etats-Unis à sa stratégie, et, tout en reconnaissant les difficultés des entreprises européennes, il a fermement prévenu: celles qui continueront de faire affaire en Iran dans des secteurs interdits par les sanctions américaines "seront tenues responsables".

Dans son discours, critiquant le laxisme de l'accord de 2015 comme Donald Trump avant lui, l'ex-directeur de la CIA a assuré que les Etats-Unis allaient exercer une "pression financière sans précédent sur le régime iranien", avec "les sanctions les plus fortes de l'Histoire". Les récentes annonces ne sont "que le début".

Il a aussi promis de "traquer les agents iraniens et leurs supplétifs du Hezbollah à travers le monde pour les écraser".

- Douze conditions -

Allié du régime de Bachar al-Assad en Syrie, du mouvement islamiste Hezbollah au Liban et soutien des rebelles Houthis dans le conflit au Yémen, Téhéran est la bête noire de Washington.

Mike Pompeo a aussi fait mine d'ouverture à l'égard du régime iranien, se disant prêt à négocier avec lui un "nouvel accord" beaucoup plus vaste et beaucoup plus stricte pour qu'il "change d'attitude".

"En échange de changements majeurs en Iran, les Etats-Unis sont prêts" à lever, à terme, leurs sanctions. mais aussi à "rétablir l'ensemble des relations diplomatiques et commerciales avec l'Iran" et à "soutenir" l'économie iranienne. Cela n'interviendra qu'après des "évolutions concrètes, prouvées et sur la durée".

Surtout, Mike Pompeo a dressé une liste de douze conditions draconiennes pour ce "nouvel accord".

Sur le volet nucléaire, les demandes américaines vont bien au-delà de l'accord de 2015, que Washington n'entend pas "renégocier".

L'Iran doit cesser tout enrichissement d'uranium et fermer son réacteur à eau chaude; donner aux inspecteurs internationaux accès sans conditions à tous les sites du pays.

Téhéran, a-t-il poursuivi, doit aussi mettre fin à la prolifération de missiles balistiques et aux tirs ou développement de missiles à capacité nucléaire. Enfin, la République islamique doit se retirer de Syrie et cesser de s'ingérer dans les conflits de la région (Yémen), de soutenir les groupes "terroristes" (Hezbollah, Jihad islamique paslestinien, talibans afghans et Al-Qaïda), et de s'ingérer dans les affaires de ses voisins, comme en Irak ou au Liban, ou d'en menacer d'autres, comme Israël ou l'Arabie saoudite, a énuméré Mike Pompeo.

Ces douze conditions "peuvent sembler irréalistes", mais ce sont des demandes "basiques", a-t-il plaidé.

"Au bout du compte, le peuple iranien devra faire un choix sur ses dirigeants", a-t-il lancé, dans un nouvelle allusion au désir de changement de régime qui anime une partie de l'administration américaine.

Catégories: Actualités

Washington veut imposer à l'Iran les sanctions "les plus fortes de l'Histoire"

ladepeche.fr - lun, 05/21/2018 - 16:49
Les Etats-Unis ont promis lundi d'imposer à l'Iran les sanctions "les plus fortes de l'Histoire" pour qu'il se plie à une liste de douze exigences draconiennes en vue d'un "nouvel accord" beaucoup plus vaste, après le retrait américain controversé du texte sur le nucléaire iranien."L'Iran n'aura plus jamais carte blanche pour dominer le Moyen-Orient", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo en présentant la "nouvelle...
Catégories: Actualités

Tour d'Italie: pour Pinot, "le niveau est plus élevé cette année"

France 24 - L'info en continu - lun, 05/21/2018 - 16:42

Quatrième du Giro 2017, Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) estime "le niveau plus élevé" cette année mais continue à viser le podium, à six jours de l'arrivée à Rome.

QUESTION: Comment jugez-vous votre parcours de la deuxième semaine ?

REPONSE: "Je suis resté régulier sans avoir de jour de grâce. Je continue mon petit chemin. J'aurais préféré faire encore mieux. Sixième au Zoncolan et encore hier (dimanche), ce n'est pas suffisant."

Q: Si vous aviez à dresser un parallèle par rapport à l'an dernier...

R: "Le niveau est plus élevé cette année. Certains sont plus forts, comme Pozzovivo. Yates est plus fort que Quintana l'était l'an dernier en montagne."

Q: Est-il prenable malgré tout ?

R: "On est restés sur place hier (dimanche) sur son deuxième démarrage. On l'a regardé partir, on était tous à fond. Pour l'instant, il est vraiment intouchable. Mais on sait que le Giro est une course à part, il y a eu des retournements de situation ces dernières années. Les étapes sont dures, avec de très longs cols. Jusqu'à samedi soir, l'espoir est toujours possible."

Q: La victoire est-elle encore envisageable ?

R: "Si Yates marche toujours autant, c'est impossible. Tout le monde le sait. Mais tant qu'il y a de la course, on ne sait jamais."

Q: Qu'attendez-vous du contre-la-montre de mardi ?

R: "Je repense toujours à mon chrono du Tour de Romandie, il y a deux ans, quand j'ai gagné devant Dumoulin, Froome et Jungels. J'espère toujours faire des beaux chronos. L'an dernier, j'espérais déjà mais, au final, j'en ai fait deux très mauvais. Je suis confiant, ce chrono me plaît plutôt bien. Je sais que je vais perdre du temps sur Dumoulin, 1 min 30 au maximum j'espère. Mais il faut surtout que j'en gagne sur les autres."

Q: Les écarts seront-ils conséquents ?

R: "Si on a vent de dos, comme à la reconnaissance, il y aura moins d'écart. Mais si le vent tourne, les purs rouleurs vont prendre du temps. Cette année, je suis allé sur la piste à Valence (Espagne) pendant le stage de janvier et j'ai changé quelques détails. J'ai pris un peu plus de temps aussi pour m'entraîner sur le vélo de contre-la-montre. Je savais que ce chrono serait décisif."

Q: Quel est le programme d'une pareille journée ?

R: "Je pars assez tard, il faut occuper la journée. Le matin, je vais aller rouler et faire un peu d'échauffement, essayer de ne pas trop penser à la course, de ne pas me mettre trop de pression, ça ne sert à rien. Pourquoi pas regarder une série ? Au lendemain d'une journée de repos, personne n'est confiant. Le corps ne réagit pas pareil."

Q: Froome vous a-t-il le plus surpris au Zoncolan, quand il a gagné, ou le lendemain, quand il a de nouveau été lâché ?

R: "Je ne sais pas. Quand on le voit gagner en costaud au Zoncolan, on se dit qu'il va continuer le lendemain. On est un peu surpris. On ne sait pas trop ce qu'il faut en penser. Il peut être capable du meilleur comme du pire. Il reste deux grosses étapes. S'il fait deux grosses journées comme au Zoncolan, il peut revenir dans la course au podium. C'est toujours mieux d'avoir repris du temps sur lui."

Q: Quelle sera la grande étape de montagne la plus propice aux offensives ?

R: "Les deux (Jafferau et Cervinia). A Pratonevoso, je m'attends à peu d'écart entre les meilleurs mais il y aura une belle bataille. Ensuite, il se passera beaucoup de choses. Ce sont de vrais enchaînements, des cols très durs, très longs. La donne sera peut-être différente."

Catégories: Actualités

Pays basque : plus de cent personnes mobilisées contre le projet Rhune 2020

L' Essentiel - SudOuest.fr - lun, 05/21/2018 - 16:33

Ce lundi midi, devant la gare du petit train de la Rhune, plus d'une centaine de personnes a répondu au nouvel appel du collectif Larrun ez Hunki contre l'aménagement porté par le département.
Au col Saint-Ignace ce lundi matin, touristes, randonneurs et militants se mêlaient sur le parvis de la gare du petit train montant... Lire la suite

Catégories: Actualités

Mariage de Meghan Markle et du prince Harry: le couple bien entouré dans leurs portraits officiels

Le Huffington Post - lun, 05/21/2018 - 16:25
Mariage de Meghan Markle et du prince Harry: le couple bien entouré dans leurs portraits officiels
Catégories: Actualités

Le régime syrien a pris le contrôle total de Damas après avoir chassé l'EI

France 24 - L'info en continu - lun, 05/21/2018 - 16:20

Le régime de Bachar al-Assad a annoncé lundi contrôler "totalement" Damas et ses environs pour la première fois depuis 2012, après avoir chassé les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) de leur dernier réduit dans la capitale syrienne.

En deux jours, plus d'un millier de jihadistes ont été évacués de quartiers du sud de Damas et du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, permettant l'entrée des forces progouvernementales dans ces secteurs soumis depuis plus d'un mois à une campagne de bombardements, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les prorégime ont "réussi à exterminer un grand nombre de combattants du groupe terroriste Daech, ce qui leur a permis de prendre le contrôle de Hajar al-Aswad et du camp de Yarmouk", a déclaré un porte-parole militaire cité par la télévision d'Etat, en utilisant un acronyme en arabe de l'EI.

"Damas et ses environs sont désormais totalement sécurisés", a-t-il proclamé, plus d'un mois après avoir repris aux rebelles la totalité de la Ghouta orientale, une vaste région près de Damas.

L'OSDH a affirmé que les opérations de ratissage dans le camp de Yarmouk avaient pris fin. "1.600 combattants et civils" ont été évacués vers une région désertique contrôlée par l'EI dans l'est du pays, a dit à l'AFP le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Depuis le 19 avril, plus de 250 membres des forces prorégime ont été tués, ainsi que 233 jihadistes et plus de 60 civils, selon l'OSDH, qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre.

Depuis septembre 2015 et l'intervention militaire de l'allié russe, le régime syrien a multiplié les victoires face aux rebelles et jihadistes, grâce aussi à l'aide de l'Iran et du Hezbollah libanais. Il contrôle désormais plus de 50% du territoire.

Les provinces d'Idleb (nord-ouest) et celle de Deraa (sud) continuent de lui échapper.

- Loin des médias -

Avant le déclenchement du conflit syrien en 2011, quelque 160.000 personnes vivaient à Yarmouk, le plus grand camp de réfugiés palestiniens en Syrie, considéré comme un quartier de la capitale. Seules quelques centaines y résident encore.

L'opération d'évacuation a débuté samedi avant l'aube, moins de 24 heures après un cessez-le-feu entre le régime et l'EI, selon l'OSDH.

Le gouvernement syrien n'a pas confirmé l'existence d'un accord avec l'EI mais une source militaire syrienne a fait état des évacuations de femmes et d'enfants.

Selon M. Abdel Rahmane, l'opération a eu lieu "dans le secret" et loin des médias pour s'assurer que le convoi de jihadistes ne serait pas visé par des bombardements de la coalition internationale menée par Washington qui combat l'EI dans l'est syrien.

Une évacuation négociée de jihadistes, comme celle qui avait été coordonnée en août par le Hezbollah depuis le Liban vers l'est syrien, pourrait être dénoncée comme un simple déplacement du problème que pose la présence de l'EI en Syrie.

Cette évacuation avait valu des critiques au gouvernement syrien, notamment de la coalition internationale dont des avions avaient surveillé le convoi de jihadistes et de civils.

L'EI ne contrôle plus que moins de 3% du territoire syrien. Dans l'est de la province orientale de Deir Ezzor, le groupe jihadiste perd aussi du terrain face à une alliance arabo-kurde soutenue par des troupes françaises et américaines présentes au sol, selon l'OSDH.

Cette alliance des Forces démocratiques syriennes a annoncé début mai le lancement de la phase "finale" de son offensive contre l'EI, dans cette région reculée et désertique frontalière de l'Irak.

La guerre en Syrie, qui a fait plus de 350.000 morts, a éclaté en 2011 après la répression sanglante de manifestations pacifiques en faveur de réformes avant de se complexifier au fil des ans avec l'implication de groupes jihadistes et de puissances étrangères.

Catégories: Actualités

Iran : Washington va adopter les sanctions "les plus dures de l'Histoire"

France 24 - L'info en continu - lun, 05/21/2018 - 16:17
Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a annoncé une stratégie de pression maximale sur Téhéran. Après le retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien, les sanctions "les plus dures de l'Histoire" seront appliquées, a-t-il dit.
Catégories: Actualités

En RDC, la bataille contre Ebola est lancée

Le virus frappe la République démocratique du Congo pour la neuvième fois depuis sa découverte en 1976.
Catégories: Actualités

Les Chinois gagnants de l’armistice commercial avec Trump

Un armistice a été conclu samedi entre les Etats-Unis et la Chine alors que ce sont les Américains qui avaient ouvert les hostilités.
Catégories: Actualités

Le ministère de l’enseignement supérieur dévoile l’algorithme principal de Parcoursup

Le code informatique de la plate-forme d’admission a été rendu public, lundi, mais les algorithmes locaux élaborés par les universités restent, eux, secrets.
Catégories: Actualités

Tour d'Italie: Yates, Froome, les transformations d'un Giro

France 24 - L'info en continu - lun, 05/21/2018 - 16:06

Simon Yates en patron, Tom Dumoulin en challenger, Chris Froome en coureur à éclipses: le Giro 2018 multiplie les transformations dans une course qui a repris son souffle, lundi, dans la région de Trente, à la veille d'un contre-la-montre déterminant.

- Le mystère Froome -

Le quadruple vainqueur du Tour de France est redevenu dominateur le temps d'une ascension. L'une des plus emblématiques, l'une des plus dures aussi. Sur le Monte Zoncolan, nul n'a pu suivre le Britannique quand il a pédalé encore plus vite, pas même Simon Yates. Avant et après ce... test, Froome est redevenu un second rôle dans le Giro.

"Il en a fini avec ses problèmes", avait annoncé le patron de l'équipe Sky, Dave Brailsford, qui n'est jamais à court d'explication. Selon lui, le retard de Froome était dû aux séquelles de sa chute, le premier jour à Jérusalem, et des problèmes musculaires qui avaient suivi.

L'embellie, une parenthèse (enchantée ou expérimentale ?), a été de courte durée puisque le vainqueur sortant du Tour et de la Vuelta a retrouvé dimanche son niveau antérieur.

"Je suis allé puiser très loin pour aller chercher la victoire au Zoncolan", a justifié Froome. "Quand on fait autant d'efforts, on peut le payer le lendemain". Le Britannique dit vrai, à ceci près qu'il n'avait pas faibli par le passé lorsqu'il avait réalisé des numéros semblables dans le Tour.

Pointé à la 7e place du classement, à près de cinq minutes, il semble définitivement hors-jeu pour la victoire finale. S'il poursuit à son rythme, le podium aussi devrait être hors de sa portée, même si ses références dans le contre-la-montre plaident pour lui.

Le Britannique avait pris la troisième place du "chrono" des Mondiaux 2017, quelques heures après avoir appris son contrôle antidopage "anormal" de la Vuelta, une affaire qui est toujours en cours.

- La supériorité de Yates -

La démonstration de Yates, dimanche sur la route de Sappada, a marqué ses adversaires. "Il nous a laissés sur place", a commenté Thibaut Pinot, toujours en lice (4e) pour le podium qui était son objectif de départ. "Il est vraiment fort", a reconnu Dumoulin qui avait jusque-là respecté à peu près son tableau de marche.

L'écart, désormais supérieur à deux minutes, place le Néerlandais dans une position inconfortable. Il s'interroge ouvertement sur les étapes de montagne à venir, à supposer qu'il parvienne à creuser l'écart sur les 34,2 kilomètres d'un parcours avantageant les rouleurs.

"Je peux regagner du temps mais si Simon va aussi fort, il le reprendra à la première montée", a soupiré le champion du monde du contre-la-montre, qui a plafonné dans le final de l'étape de Sappada. Lui aussi en convient implicitement, le Giro est suspendu à une éventuelle défaillance de son maillot rose, qui a énormément progressé par rapport à son niveau des années passées.

Visiblement fatigué au Zoncolan, assis à même la chaussée après la violence de l'effort, le Britannique de l'équipe Mitchelton a mieux récupéré que ses rivaux si l'on se fie à sa démonstration du lendemain. Il supporte aussi, sans donner de signe de lassitude, le surcroît de fatigue -autant de temps de récupération en moins- procuré par les obligations du leader (cérémonie protocolaire, interviews).

Mais "le Giro est imprévisible", selon la formule de Froome. Dans une édition qui part de Jérusalem et arrive à Rome, un miracle, pour ses adversaires, est toujours possible.

Catégories: Actualités

Accord avec l'Iran: les États-Unis énumèrent leurs 12 conditions draconiennes pour un "nouvel accord"

Le Huffington Post - lun, 05/21/2018 - 16:05
Accord avec l'Iran: les États-Unis énumèrent leurs 12 conditions draconiennes pour un "nouvel accord"
Catégories: Actualités

Carcassonne. Un Ariégeois devant les assises de l'Aude pour le meurtre de sa femme

ladepeche.fr - lun, 05/21/2018 - 15:52
Ce mardi s’ouvre à Carcassonne le procès de Karim Koibich, un Ariégeois de 49 ans accusé d’avoir étranglé sa femme dont il était séparé, le 23 décembre 2014 à Narbonne. Le drame survenu à Narbonne en 2014, quelques jours avant Noël, revêt tous les aspects du crime passionnel. Karim Koibich, un agent de sécurité originaire de Saint-Girons et âgé de 46 ans au moment des faits, vit dans l’Aude séparé de son épouse, Nacera Touidjine, 43 ans,...
Catégories: Actualités

Parcoursup à l'heure de vérité : les premières réponses délivrées ce mardi

L' Essentiel - SudOuest.fr - lun, 05/21/2018 - 15:52

"Oui", "non", "en attente" ou "oui si" : les premières réponses tomberont mardi sur la nouvelle plateforme d'admission post-bac. Explications.
La nouvelle plateforme d'entrée dans les études supérieures, Parcoursup, au cœur d'une loi qui a suscité contestations et blocages d'universités, délivrera mardi ses premières... Lire la suite

Catégories: Actualités

Affaire Grégory: la défense de Muriel Bolle se pourvoit en cassation

France 24 - L'info en continu - lun, 05/21/2018 - 15:51

Déboutés de leur demande d'annulation de la garde à vue de Murielle Bolle, personnage clef de l'affaire Grégory, en 1984, ses avocats se sont pourvus en cassation, a-t-on appris lundi auprès de l'un d'eux.

"Le pourvoi a été fait vendredi car la chambre de l'instruction n'a pas annulé le procès-verbal de garde à vue de notre cliente en novembre 1984", au cours de laquelle elle avait mis en cause Bernard Laroche dans l'enlèvement du petit Grégory, a déclaré à l'AFP Me Jean-Paul Teissonnière, confirmant une information du quotidien l'Est Républicain

Mercredi, les magistrats dijonnais avaient annulé pour des points de procédure - et non pas sur le fond du dossier - les mises en examen de Murielle Bolle et des époux Jacob pour le rapt mortel du petit garçon, il y a 33 ans.

Cette décision inattendue avait été saluée comme une grande victoire par leurs conseils.

"Cette décision est remarquable. Une analyse approfondie a été faite et cet arrêt est un pas dans la bonne direction", a d'ailleurs estimé Me Teissonnière.

Mais l'avocat souhaite que la Cour de cassation "termine le travail", en examinant les conditions de la garde à vue de Murielle Bolle, âgée de 15 ans en 1984, "contraires", selon lui, "à la convention européenne des droits de l'Homme" et aux "principes des droits de la défense" prévoyant des "garanties spécifiques pour les mineurs".

Me Christophe Ballorin et lui-même avaient déjà déposé une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur ce point. Mais la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Dijon l'avait rejetée en l'état en mars, en refusant de la transmettre à la Cour de cassation. L'avocat avait alors prévenu qu'il formerait un pourvoi.

Par ailleurs, un pourvoi en cassation suspendant en principe l?exécution de l'arrêt de la chambre de l'instruction, Murielle Bolle reste théoriquement toujours mise en examen et donc toujours sous contrôle judiciaire, a noté Me Teissonnière.

Et dans l'attente d'une clarification sur cette situation quelque peu confuse, "elle respecte son contrôle judiciaire", a-t-il dit.

Lors de sa garde à vue en 1984, Murielle Bolle avait accusé son beau-frère Bernard Laroche d'avoir enlevé Grégory, avant de se rétracter. Laroche avait été incarcéré puis relâché avant d'être tué d'un coup de fusil par son cousin Jean-Marie Villemin, le père de l'enfant, en 1985.

Catégories: Actualités

Toulouse. Cerveau : des cocons de soie pour rendre les implants neuronaux plus durables

ladepeche.fr - lun, 05/21/2018 - 15:51
Une équipe du LAAS-CNRS travaille sur la mise au point de prothèses implantables dans le cerveau. Avec pour défi de les rendre plus durables grâce à l’utilisation d’un film biorésorbable à base de fibroïne de soie.Pour décrire les électrodes implantables dans le cerveau sur lesquelles son équipe travaille, Christian Bergaud utilise volontiers des images. Comme celle de mini-tapis de fakir implantés dans le cortex, dont chaque pointe métallique...
Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités