Actualité

Carte scolaire : sept écoles disparaissent en Dordogne

L' Essentiel - SudOuest.fr - sam, 02/17/2018 - 10:38

Boycottée la semaine dernière, elle a finalement été validée, hier.
La nouvelle carte scolaire est enfin dessinée. Elle a été validée hier, lors du Conseil départemental de l’Éducation nationale (CDEN), qui s’est déroulé en présence de la préfète de Dordogne et du nouvel inspecteur d’académie, Jacques Caillaut (lire... Lire la suite

Catégories: Actualités

Course au « perchoir » sous tension pour LCP

La présidente sortante, Marie-Eve Malouines, affronte Thierry Guerrier, présentateur, et Bertrand Delais, réalisateur.
Catégories: Actualités

Nigeria : un attentat-suicide dans le nord-est fait une vingtaine de morts

Trois kamikazes se sont fait exploser sur un marché aux poissons de Konduga, tuant dix-neuf personnes – dix-huit civils et un soldat – dans un attentat imputé à Boko Haram.
Catégories: Actualités

Le FMI attentif aux conséquences de la réforme fiscale américaine

France 24 - L'info en continu - sam, 02/17/2018 - 10:20

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a affirmé samedi être attentive aux conséquences de la réforme fiscale approuvée en décembre par le Congrès américain, notamment si elle provoque une hausse des taux qui pourrait toucher l'économie mondiale.

"De notre point de vue, il faut être attentif à ce qui se passe en particulier aux Etats-Unis", a déclaré la directrice du FMI dans une interview accordée à la radio France Inter. Elle était interrogée sur les récentes chutes des marchés, qu'elle a présentées comme une correction "inévitable".

Elle a évoqué une réforme fiscale "qui va opérer comme une espèce de stimulus sur la situation économique aujourd'hui" des Etats-Unis, qui connaissent déjà une croissance "forte", à un moment où les marchés craignent un retour de l'inflation qui provoquerait une hausse des taux.

"On peut se demander si ça ne va pas effectivement entraîner une augmentation des salaires, une augmentation des prix, donc de l'inflation, et si, en conséquence, on ne risque pas d'avoir une réaction des autorités monétaires, notamment sous forme d'augmentation un peu plus rapide ou un peu plus fréquente des taux, qui entraînerait (...) des effets sur l'ensemble des économies du monde, notamment sur les économies fortement endettées", a-t-elle prévenu.

Mme Lagarde a toutefois refusé de comparer la situation actuelle avec celle qui a précédé la faillite de la banque Lehman Brothers il y a bientôt dix ans. "On n'est pas du tout dans une situation de pré-crise majeure comme on l'a été en 2008", a-t-elle assuré.

Le Congrès a approuvé à la mi-décembre une réforme fiscale qui va faire tomber le taux d'imposition des entreprises de 35% à 21% aux Etats-Unis.

A la mi-janvier à Davos, le FMI avait anticipé un impact positif à court terme de la réforme fiscale américaine et avait même relevé sa prévision de croissance pour les Etats-Unis de 0,6 point de pourcentage à 2,5% pour cette année.

Catégories: Actualités

JO-2018: Hanyu écrit l'histoire du patinage artistique

France 24 - L'info en continu - sam, 02/17/2018 - 10:11

Il n'a pas pu retenir ses larmes. La star japonaise du patinage artistique Yuzuru Hanyu a conservé la couronne olympique samedi aux Jeux de Pyeongchang, un exploit inédit depuis 66 ans et d'autant plus retentissant que le patineur revient juste de blessure.

Le Japon s'offre même un doublé puisque, derrière le roi Hanyu (317,85 points), Shoma Uno a obtenu la médaille d'argent (306,90). L'Espagnol Javier Fernandez complète le podium (305,24): une médaille de bronze historique pour le patinage artistique ibérique, jusque-là jamais récompensé aux JO.

Une nouvelle fois, la performance de Hanyu a été précédée d'un déploiement massif de dizaines de drapeaux japonais dans la patinoire de Gangneung, la ville côtière qui accueille les épreuves olympiques de glace. Une nouvelle fois, une ovation a suivi chacun de ses sauts réussis. Entre eux, un silence fébrile. Puis la délivrance une fois les dernières notes jouées, et l'habituelle pluie de Winnie l'ourson - la peluche fétiche de "Yuzu" - venue des tribunes.

Son programme libre, riche de quatre quadruples sauts, n'a pas été aussi irréprochable que son programme court la veille (un retournement sur un "quad"), mais il a suffi à l'élève de Brian Orser pour s'imposer et accomplir une performance historique : devenir, à 23 ans, le premier patineur à conserver l'or olympique depuis l'Américain Dick Button, sacré en 1948 et en 1952.

- 'Je remercie ma cheville !' -

C'était loin d'être gagné quand, il y a trois mois, Hanyu a chuté à l'entraînement sur un quadruple saut et s'est sérieusement abîmé les ligaments de la cheville droite. Avant le rendez-vous olympique, il n'était plus apparu en compétition depuis fin octobre. Sa reprise de l'entraînement ne datait que d'un mois. Et ses premiers "quads" ne remontaient qu'à une quinzaine de jours.

"Je voudrais remercier ma cheville, elle a fait du bon boulot !", a lancé le double champion du monde (2014 et 2017) en zone mixte.

"Ma blessure à la cheville n'est pas complètement guérie, je lui ai beaucoup demandé lors de cette compétition. Il y avait des sauts et des éléments que je n'aurais pas dû faire mais que je me suis forcé à faire", a développé le Japonais en conférence de presse.

Le suspense pour l'or a pris fin quand Uno, le dernier en mesure de détrôner son compatriote, a chuté d'entrée sur son premier "quad".

Juste avant lui, Fernandez avait attendu sa note les yeux fermés, aux côtés d'Orser, qu'il partage avec Hanyu, les mains jointes. Mais deux "quads" ne pouvaient pas suffire.

Méconnaissable lors du programme court qu'il n'avait terminé que dix-septième, le jeune Américain Nathan Chen (18 ans), qu'on présentait comme un des principaux prétendants à l'or olympique avant la compétition, a lui relevé la tête avec panache.

- Chen, la rédemption -

"Même si j'ai essayé de le nier, j'ai ressenti énormément de pression (vendredi), a reconnu Chen. Ça m'a crispé sur la glace et ce n'est pas la bonne façon de patiner."

"Avoir patiné un programme court aussi désastreux et m'être retrouvé tellement, tellement bas au classement m'a libéré de la pression. Je ne sentais plus que je luttais pour la première place. Ça m'a permis de ne plus penser du tout au résultat et d'en profiter pleinement. Être débarrassé des attentes m'a beaucoup aidé", a-t-il expliqué.

"J'étais déjà tombé tellement de fois (cette semaine) que je me suis dit : +autant y aller et tout jeter dans la bataille, et advienne que pourra+. J'étais tellement loin que je n'avais plus rien à perdre", a-t-il ajouté.

Tout jeter dans la bataille, dans le langage Chen, ça veut dire tenter six "quads". Ce n'est pas une première, l'Américain l'avait déjà fait il y a un an aux Mondiaux-2017 mais il était tombé deux fois et avait échoué au pied du podium. Cette fois, il en a réussi cinq et a posé les deux mains sur la glace sur le sixième.

Une performance majuscule qui lui vaut de se consoler avec la victoire dans le programme libre, avec 215,08 points, nouveau record personnel (contre 204,34), et d'effectuer une belle remontée au classement. Mais la nouvelle pépite du patinage américain partait de trop loin et termine cinquième (297,35 points) à trois fois rien du Chinois Boyang Jin (297,77).

Catégories: Actualités

Libéré, un journaliste germano-turc dit avoir été l'"otage" de la Turquie

France 24 - L'info en continu - sam, 02/17/2018 - 10:11

Le journaliste germano-turc Deniz Yücel, libéré vendredi après un an de détention en Turquie, a estimé avoir été l'"otage" d'Ankara alors que la justice turque ne lui a jamais signifié sa mise en accusation.

"Ce qui est drôle, c'est que je ne sais toujours pas pourquoi j'ai été emprisonné pendant un an, pourquoi j'ai été pris en otage pendant un an", a-t-il affirmé dans une vidéo postée sur Twitter en allemand et en turc après son retour à Berlin, dans la nuit de vendredi à samedi.

Il s'agit des premières déclarations du journaliste du quotidien allemand Die Welt après sa libération d'une prison de haute sécurité d'Istanbul où il était incarcéré depuis un an et deux jours.

"Et je en sais pas non plus pourquoi j'ai été libéré aujourd'hui", poursuit ce reporter de 44 ans, interpellé le 14 février 2017 à Istanbul. "Bien évidemment je me réjouis (de ma libération) mais il reste un arrière goût amer", selon lui.

Sa mise en détention, qui avait soulevé une vague d'indignation et de mobilisation en Allemagne, avait largement contribué à tendre les relations déjà acrimonieuses entre Berlin et Ankara.

Dans son message, Deniz Yücel interpelle également sur le sort des journalistes turcs emprisonnés et "qui n'ont rien fait d'autre que leur travail".

Peu avant sa libération, un tribunal d'Istanbul avait accepté un acte d'accusation réclamant jusqu'à 18 ans de prison contre M. Yücel, accusé de "propagande pour le compte d'une organisation terroriste" et d'"incitation à la haine".

De son côté, le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, a assuré n'avoir conclu "aucun 'deal' qu'il soit sale ou propre" avec la Turquie pour obtenir la remise en liberté du journaliste.

"La Turquie n'a rien exigé (en échange de la libération de Deniz Yücel) et n'aurait rien pu obtenir", a-t-il ajouté, indiquant vouloir désormais "un meilleur dialogue" avec Ankara, partenaire de poids de l'Allemagne au sein de l'Otan mais aussi en raison de l'importante communauté turque vivant en Allemagne.

La libération du journaliste survient au moment où Ankara a multiplié les gestes d'apaisement ces dernières semaines.

Catégories: Actualités

JO d’hiver 2018 : à mi-Jeux, la France revoit ses objectifs à la baisse

Avec huit podiums après une semaine de compétition, l’objectif de vingt médailles paraît difficilement atteignable pour les Français à Pyeongchang (Corée du Sud).
Catégories: Actualités

Jeune femme tuée dans un accident à Rochefort : le conducteur était ivre et sous stupéfiants

L' Essentiel - SudOuest.fr - sam, 02/17/2018 - 10:06

La voiture s'était encastrée dans un parapet en pierre. Une passagère de 20 ans est morte et une autre .
Le 19 janvier dernier dans la zone industrielle des Sœurs de Rochefort, un accident de la circulation est survenu. La passagère arrière d’une Citroën Saxo, Justine Deshaies, 20 ans, a perdu la vie. Presque un mois... Lire la suite

Catégories: Actualités

Cybercriminalité: face à la menace grandissante, l'Etat tente de trouver la parade

France 24 - L'info en continu - sam, 02/17/2018 - 10:00

Arnaques au faux président, rançongiciels... Face à une cybercriminalité grandissante, les pouvoirs publics tentent de trouver la parade, s'appuyant sur le renforcement de l'arsenal judiciaire et les nouvelles contraintes imposées aux opérateurs télécoms.

En 2017, WannaCry et NotPetya, des logiciels malveillants qui exigent une rançon en l'échange du déblocage d'un ordinateur, ont contaminé plusieurs centaines de milliers d'appareils dans le monde, donnant un aperçu de l'étendue des nouveaux risques.

Pour Bruno Marescaux, sous-directeur de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi), "il y a clairement un durcissement de la menace. De plus en plus d'acteurs ont compris tout l'intérêt qu'ils pouvaient avoir en termes d'efficacité (...) à utiliser le cyberespace comme moyen d'action".

Pour tenter de contrer la menace, le gouvernement a récemment dévoilé des mesures supplémentaires dans sa nouvelle Loi de Programmation Militaire notamment l'obligation pour les opérateurs de repérer tout flux suspect laissant penser à une attaque informatique.

200 entreprises publiques et privées classées "opérateurs d'importance vitale" sont particulièrement surveillées au vu de leurs activités stratégiques ou dangereuses.

La justice, elle aussi, s'organise: le parquet de Paris a crée en 2014 un pôle cybercriminalité et dispose depuis 2016 d'une compétence nationale dès lors qu'un dossier revêt une complexité, une sensibilité particulière ou une dimension internationale.

"On ne traite pas tout: on est saisi quand il y a une intrusion dans le système informatique et que celui-ci subit des dommages", explique Alice Cherif, la magistrate qui dirige ce pôle.

"On s'occupe aussi des escroqueries au faux virement dont le préjudice pour les entreprises françaises est évalué à 650 millions d'euros depuis 2010", ajoute-t-elle.

Une des méthodes de faux virement qui fait florès est l'arnaque au faux président dans laquelle un usurpateur se fait passer pour le dirigeant d'une entreprise afin d'obtenir frauduleusement des versements d'argent.

Pionnier de ce type de fraude, Gilbert Chikli a escroqué plusieurs grandes entreprises comme HSBC ou Alstom. Condamné, en son absence, à sept ans de prison et un million d'euros d'amende en 2015, il a été interpellé en août 2017 en Ukraine, extradé en France en novembre où il est depuis incarcéré.

- "chiffre noir" -

Au total, 1.200 enquêtes liées à la cybercriminalité sont conduites chaque année par le pôle spécialisé du parquet de Paris.

Mais il ne s'agit que de la face visible de la menace, beaucoup d'entreprises hésitant à porter plainte. Seules une dizaine l'ont fait pour WannaCry, d'après une source proche du dossier.

Pour Jacques Martinon, magistrat à la Direction des affaires criminelles et des grâces, "c'est le problème du chiffre noir. Si vous êtes une grande compagnie et que vous vous faites +hacker+, (...) vous êtes tentés de ne pas révéler la chose, de faire des tractations ou de payer d'autres +hackers+ pour récupérer des données".

Les enquêtes sont souvent difficiles, en raison du caractère international des attaques et des contraintes techniques rencontrées pour pouvoir remonter jusqu'à leurs auteurs.

"Il faut être très réactif pour pouvoir bloquer les fonds et éviter que les preuves numériques ne soient écrasées ou modifiées", souligne Alice Cherif.

Les enquêteurs se heurtent aussi à des difficultés administratives, la première étant le délai de conservation des données par les opérateurs qui est hétérogène au niveau européen: d'une durée d'un an en France, il n'est que de trois mois dans d'autres pays. "Si on obtient d'un Etat un gel des données mais que ces dernières ne sont pas conservées derrière, tout cela ne sert à rien", dit la cheffe du pôle cybercriminalité.

Et, s'il y encore a quelques années, les opérations majeures de piratage, de cyber-espionnage ou de sabotage informatique étaient l??uvre d'Etats, de mafias organisées ou de groupes maîtrisant des techniques avancées, il est désormais possible à n'importe qui de se procurer des moyens d'attaque redoutablement efficaces.

"Un kit contenant un rançongiciel et son mode d'emploi s'achète pour quelques centaines d'euros sur internet et peut rapporter plusieurs dizaines de milliers d'euros", souligne Olivier Le Guen, assistant spécialisé en cybercriminalité au parquet de Paris.

"Cela abaisse la nécessaire connaissance informatique", dit Jacques Martinon inquiet de "l'industrialisation de la cybercriminalité".

Catégories: Actualités

JO 2018 : la patineur Yuzuru Hanyu a trouvé le bon équilibre

Grâce à sa maîtrise du quadruple saut, le Japonais a conservé son titre de patinage artistique. Mais la notation de cette figure fait débat.
Catégories: Actualités

Nigeria : un triple attentat-suicide fait une vingtaine de morts dans le nord-est

France 24 - L'info en continu - sam, 02/17/2018 - 09:55
Une vingtaine de personnes sont mortes, vendredi soir, dans l'explosion de trois kamikazes à Konduga, dans le nord-est du Nigeria. L'attentat n'a pas été revendiqué mais porte la marque de fabrique de Boko Haram, actif dans la région.
Catégories: Actualités

Le nombre de tués et de blessés graves par la police désormais recensé

L’outil visant à comptabiliser les particuliers tués ou blessés dans le cadre d’une mission de police – quelles que soient les circonstances – est opérationnel depuis le 1er janvier
Catégories: Actualités

May met en garde l'UE sur la coopération en matière de sécurité

France 24 - L'info en continu - sam, 02/17/2018 - 09:51

La Première ministre britannique Theresa May compte insister samedi sur une coopération sécuritaire privilégiée avec l'Union européenne après le Brexit, mettant en garde contre des blocages qui mettraient en danger la vie des citoyens.

"Ce n'est pas une époque où nous pouvons permettre que notre coopération soit inhibée, que la sécurité de nos citoyens soit mise en danger par une concurrence entre partenaires, des rigidités institutionnelles et des idéologies bien ancrées", avertira-t-elle en garde, selon des extraits du discours diffusé par ses services.

"Nous devons faire ce qui est le plus utile, le plus pragmatique pour assurer notre sécurité collective", selon la Première ministre, qui s'exprimera vers 08H30 GMT lors de la conférence de Munich sur la sécurité.

Selon elle, maintenir un partenariat très rapproché entre l'UE et le Royaume-Uni en tant que pays tiers, après le Brexit, marquerait une première ambitieuse.

"Il y a déjà dans d'autres domaines, comme le commerce, des relations stratégiques entre l'UE et des pays tiers", dit Mme May dans ces extraits, "et il n'y a aucune raison juridique ou opérationnelle qui empêcherait un accord dans le domaine de la sécurité intérieure".

Vendredi, les directeurs des services de renseignement extérieur britanniques (MI6), français (DGSE) et allemands (BND) s'étaient affichés ensemble vendredi, fait rare, pour assurer que le Brexit n'entamerait pas leur coopération.

"Même après la sortie du Royaume-Uni de l?UE, une coopération étroite ainsi que le partage de renseignements entre les Etats devront se poursuivre sur les questions du terrorisme international, de l?immigration clandestine, de la prolifération et des cyberattaques", affirment-ils dans un communiqué commun diffusé sur le site internet du renseignement allemand, en marge de la conférence de Munich.

Mme May a été critiquée par le passé pour avoir semblé vouloir lier la coopération sécuritaire, domaine où Londres joue un rôle crucial en Europe, et un accord commercial privilégié avec l'UE.

Le Royaume-uni n'a toujours pas défini sa position dans les négociations avec Bruxelles sur leur future relation commerciale et n'est pas non plus d'accord sur les modalités de la période de transition qu'il a réclamée après le Brexit, prévu le 29 mars 2019.

bur-alf/dab/pg

Catégories: Actualités

Françoise Nyssen veut une présidence commune à France Télévisions, Radio France et France Médias Monde

A ce stade, il s’agit d’une option, les arbitrages finaux de la grande réflexion sur l’audiovisuel public lancée par Emmanuel Macron sont attendus fin mars.
Catégories: Actualités

Philippines: un avocat accusant Duterte dit craindre pour sa vie

France 24 - L'info en continu - sam, 02/17/2018 - 09:40

Un avocat philippin à l'origine de l'examen préliminaire déclenché par la Cour pénale internationale (CPI) sur la guerre meurtrière du président philippin Rodrigo Duterte contre la drogue, Jude Sabio, a déclaré "craindre pour (sa) vie", dans un entretien avec l'AFP.

"Je suis dans un état de constante paranoïa car je crains pour ma vie. Il serait tout à fait possible que je sois victime d'une balle", assure l'avocat de 51 ans.

Jude Sabio, qui se présente comme sans moyens et en fuite, précise qu'il a reçu des menaces de mort depuis qu'il a soumis une requête à la CPI de La Haye en avril 2017 pour dénoncer quelque 8.000 exécutions sommaires dans la guerre contre la drogue menée aux Philippines. Cette requête a conduit la Cour à ouvrir un "examen préliminaire".

Un tel examen constitue l'étape préalable à une enquête sur des accusations de crime contre l'humanité.

Le président a répliqué que les lois philippines n'interdisaient pas expressément les meurtres extrajudiciaires et a menacé de retirer son pays de la Cour.

Jude Sabio réclame l'arrestation de M. Duterte. Selon lui, "la seule façon d'interrompre les meurtres est un mandat d'arrêt et de le conduire à La Haye".

Rodrigo Duterte a été élu dans un fauteuil en 2016 en promettant d'éradiquer le trafic de drogue.

Il est accusé d'avoir favorisé des exécutions sommaires par des déclarations enflammées et les promesses répétées d'amnitie pour les représentants de la police qui pourraient être impliqués dans de tels actes.

La police assure avoir tué dans des actes d'auto-défense 4.021 personnes soupçonnées de trafic de drogue, mais les organisations de défense des droits de l'Homme ainsi que des observateurs sur le terrain affirment que plus de 12.000 personnes ont en fait été tuées.

L'avocat avait attiré l'attention en octobre 2016 quand il avait accepté de représenter Edgar Matobao, un meurtrier avoué d'un commando "de la mort de Davao". Ce dernier avait déclaré lors d'une audition au Sénat que ce commando était à l'origine de la mort d'au moins un millier de personnes dans la ville du sud du pays, dont Rodrigo Duterte était alors le maire. Sa déposition a été versée comme document à l'examen de la CPI.

Jude Sabio a estimé dans son dossier à la CPI que la guerre contre la drogue menée aux Philippines était ni plus moins un "commando de la mort de Davao" à l'échelle nationale.

Selon l'avocat, cette campagne vise "une population civile vulnérable, pour l'essentiel des déshérités vivant dans des quartiers à l'abandon".

En réponse à des questions sur la sécurité de Jude Sabio, le porte-parole présidentiel Harry Roque a assuré mardi que Rodrigo Duterte ne nourrissait pas "de mauvaises intentions" à l'encontre de l'avocat.

"Ces gens sont perfides", a réagi Jude Sabio, qui dément oeuvrer pour l'opposition, et affirme n'être mu que par ses principes.

Catégories: Actualités

A l’heure d’embaucher, les métiers de la ville et du BTP sont pénalisés

Les trois quarts des entreprises du secteur prévoient de recruter dans les trois ans, mais les postes sont difficiles à pourvoir. En cause, notamment, un sérieux déficit d’image.
Catégories: Actualités

Héritage Hallyday : Sylvie Vartan, « consternée », sort de son silence

L’ancienne épouse du chanteur, arrivée à Paris vendredi, dénonce de « fausses informations » sur une donation que Johnny Hallyday aurait faite à son fils David.
Catégories: Actualités

Le Mexique secoué par un puissant séisme

L' Essentiel - SudOuest.fr - sam, 02/17/2018 - 09:22

Un puissant séisme a secoué vendredi soir le Mexique sans provoquer de dégâts majeurs, mais l'hélicoptère d'un ministre qui se rendait sur les lieux s'est écrasé à l'atterrissage, faisant deux morts au sol. .
La capitale du Mexique a été touchée par un séisme de 7,5 sur l'échelle de Richter, faisant trembler les... Lire la suite

Catégories: Actualités

Après la tuerie de Parkland, «3 billboards» pour interpeller le sénateur Marco Rubio

Slate.fr - sam, 02/17/2018 - 09:10
À Doral (Floride), près du bureau du sénateur Marco Rubio, passants et passantes ont eu la surprise de constater que trois panneaux venaient d'être installés sur trois camions garés côte à côte. Panneau numéro 1: «Slaughtered in school» («Abattus à l'école»). Panneau numéro 2: «And still no gun control?» («Et toujours pas de contrôle des armes?»). Panneau numéro 3: «How come, Marco Rubio?» («Pourquoi, Marco Rubio?»). Le tout en police Impact, couleur noire, sur fond rouge. ... Lire la suite
Catégories: Actualités

Après la victoire militaire, la lutte idéologique contre l'EI à Mossoul

France 24 - L'info en continu - sam, 02/17/2018 - 09:00

Dans une salle de classe du département des sciences islamiques à l'université de Mossoul, l'ex-capitale du groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Irak, une cinquantaine d'hommes viennent de terminer une semaine de formation pour combattre les idées extrémistes.

Sept mois après que les forces gouvernementales et leurs alliés ont mis fin à trois ans d'occupation par l'EI de la deuxième ville du pays, des oulémas ont mis sur pied une première "brigade" chargée d'extirper de Mossoul la pensée jihadiste, inculquée de gré ou de force aux habitants.

"Mossoul doit être libérée de la pensée de Daech après avoir été libéré militairement", affirme Moussaab Mahmoud, en utilisant un acronyme en arabe de l'EI.

"Nous avons été trompés par les idées de Daech et maintenant nous essayons de nous affranchir de son idéologie néfaste", ajoute ce journalier de 30 ans, qui a suivi la session d'études.

Car ceux qui vont désormais porter la bonne parole appartiennent à toutes les catégories sociales: des mécaniciens, des enseignants, des journaliers et un cheikh.

Ces bénévoles âgés de 25 à 45 ans ont été les premiers à s'inscrire sur Facebook pour participer à la session organisée par le "Forum des oulémas de Mossoul" dans la cité septentrionale reprise en juillet 2017 à l'EI.

- 'Tarir les sources du terrorisme' -

Les cours sont dispensés par cinq enseignants des universités de Mossoul et de Tikrit, une ville plus au sud également libérée du joug de l'EI. Il s'agit d'experts en matière religieuse et jurisprudence islamique.

"Les cours sont concentrés sur les droits de l'Homme, le développement humain, la coexistence pacifique et la paix communautaire", explique à l'AFP le président du Forum, cheikh Saleh al-Obeidi.

Les "élèves ont reçu des leçons sur la foi, la jurisprudence islamique et les Hadith (recueil des actes et paroles du prophète Mahomet), pour leur permettre de contrer les idées de Daech et ainsi tarir les sources de ce terrorisme intellectuel", dit-il.

Cette organisation ultraradicale responsables de multiples exactions -viols, rapts, nettoyage ethnique- a imposé son interprétation rigoriste de la loi musulmane, intervenant sur tous les aspects de la vie quotidienne et considérant tous ses opposants comme des "apostats".

Dans cette ville majoritairement sunnite, la quasi-totalité des minorités ethniques et religieuses qui y vivaient en bon entente depuis des siècles ont fui le joug de l'EI.

Les nouveaux prédicateurs "vont combattre les idées extrémistes sur les réseaux sociaux, et en visitant les citoyens chez eux", selon cheikh Obeidi.

Le Forum des Oulémas a été créé en 2014 au Kurdistan irakien, région kurde autonome au nord de Mossoul, par des hommes de religion ayant fui l'EI.

Durant l'occupation de Mossoul, cette association a diffusé des émissions sur des chaînes privées. Mais malheur à celui qui était surpris par les jihadistes en train de les visionner.

Ils sont revenus après la défaite de l'EI, mais n'ont toujours pas trouvé de locaux pour s'installer, tant la ville a été ravagée par les combats.

- Priorité aux enfants -

"C'est la première session du genre qui se tient à Mossoul. Il y en aura d'autres ciblant tous les groupes sociaux et les deux sexes", souligne cheikh Obeidi.

Mais la priorité sont les enfants qui ont subi dans les écoles un lavage de cerveau. Sous l'EI, les programmes ont été bouleversés et les élèves partageaient leur temps entre cours de religion version jihadiste et le maniement des armes.

"En tant que professeur, ce que j'ai appris me permettra autant que possible d'effacer les idées radicales de Daech de l'esprit des écoliers, car c'est eux qui ont été le plus influencés par ces idées", assure Ibrahim Mohammad Hamid, 27 ans.

"Je vais aussi intervenir auprès des parents car le foyer et la famille jouent un grand rôle pour répandre les idées de tolérance et de coexistence", ajoute-t-il.

L'imam Mohammad Abaiji, âgé de 24 ans, veut également cibler les jeunes, en organisant à la mosquée "des séminaires pour diffuser des idées éclairées, car l'islam est une religion de tolérance".

L?Etat, lui aussi, est conscient de la nécessité d'agir. Pour le sous-préfet de Mossoul, Zouhair Araji "il y aura des cours pour les écoliers de 7 à 14 ans, ainsi que des sessions obligatoires pour les enseignants afin d'éliminer l'idéologie de Daech".

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités