Actualités

Miss Irak déclenche les passions après... un selfie avec Miss Israël

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 16:11

"Paix et amour", proclame un message en anglais sous le selfie. Pourtant, depuis qu'elle l'a mis en ligne, Sarah Idan a déclenché les passions car à côté de la représentante de l'Irak au concours de Miss Univers, pose Miss Israël.

Le cliché a récolté en une semaine plus de 3.600 "likes" mais il a aussi déclenché une avalanche de commentaires, certains positifs et d'autres négatifs.

Face au tollé, Sarah Idan, 27 ans, dont le pays ne reconnaît pas l'Etat hébreu et est toujours techniquement en état de guerre avec lui, a publié un texte d'explication en arabe.

Elle y affirme que Miss Israël, Adar Gandelsman, lui a "dit espérer qu'il y aurait un jour la paix entre les deux religions (juive et musulmane) et que ses enfants ne seraient pas obligés de faire le service militaire", obligatoire dans l'Etat hébreu pour les hommes comme les femmes.

"Elle m'a demandé de prendre une photo et j'ai accepté en disant que moi aussi j'espérais la paix et je voulais aider à faire passer le message", poursuit la jeune femme.

"Cette photo ne signifie pas que je soutiens le gouvernement israélien ou sa politique envers les pays arabes. Je m'excuse auprès de tous ceux qui y ont vu une insulte à la cause palestinienne".

"Ta paix avec Israël, qui a incendié le monde arabe pour son propre intérêt, ne nous honore pas", réplique en commentaire Isra al-Jabri. "Je respecte les juifs pacifistes qui s'opposent à l'Etat d'Israël, mais nous ne voulons pas de leur paix construite sur les ruines de notre pays".

A l'opposé, Samah al-Mechhadani salue les propos de Miss Irak. "Peut-être qu'elle va réussir à améliorer nos relations avec Israël pour que nous devenions amis, qui sait?", dit l'internaute.

Musulmane, Sarah est née à Bagdad. Après son bac, elle a travaillé à partir de 2008 avec l'armée américaine qui avait envahi l'Irak en 2003. Elle a dit également avoir servi dans l'armée irakienne.

La jeune femme a ensuite émigré aux Etat-Unis où elle a obtenu un diplôme de vocalise à Los Angeles.

Adar Gandelsman, 19 ans, elle, a aussi posté un cliché avec sa concurrente irakienne sur Instagram et inscrit en commentaire: "Voici Miss Irak et elle est géniale".

Un selfie avec une autre Miss Israël avait déjà provoqué un scandale lors de Miss Univers 2014, cette fois avec la représentante du Liban.

Une Indienne a été sacrée Miss Monde samedi dans la cité balnéaire chinoise de Sanyane.

Catégories: Actualités

Les députés approuvent largement le premier budget Macron

LCP Assemblée nationale - mar, 11/21/2017 - 16:06

Les députés français ont approuvé mardi à une large majorité le projet de budget 2018 qui traduit plusieurs promesses du président Emmanuel Macron et vise à revenir dans les clous européens des 3% de déficit.

Pour ce premier passage à l'Assemblée nationale, 356 députés ont voté pour, 175 contre et 27 se sont abstenus sur ce texte comprenant plusieurs mesures emblématiques, comme la transformation de l'impôt sur la fortune (ISF) en impôt sur la seule fortune immobilière (IFI).

En 2018, la France devrait continuer à sortir de la procédure de déficit excessif, où elle se trouve depuis 2009, avec un déficit public de 2,8% du PIB, après 2,9% attendus en 2017.

L'exécutif mise notamment sur 15 milliards d'économies annoncées sur l'Etat, la Sécurité sociale et les collectivités locales.

"Nous mettons en œuvre notre projet de transformation, tout en respectant notre principe de sérieux budgétaire", a salué le chef de file des députés du parti présidentiel La République en Marche, Richard Ferrand, saluant "un acte fondateur" du quinquennat. 

Ce fidèle d'Emmanuel Macron a défendu "un budget équilibré qui rémunère mieux le travail et stimule l'investissement".

Socialistes, communistes ou Insoumis (extrême-gauche) ont continué d'opposer les coupes sur les aides au logement ou sur les contrats aidés à la réforme de l'ISF et au prélèvement forfaitaire unique de 30% sur les revenus du capital ("flat tax").

"Jamais un gouvernement n'a donné autant de cadeaux aux plus riches", a dénoncé le député communiste Fabien Roussel.

La majorité fait, elle, le "pari" que la réforme de l'épargne incitera les plus aisés à investir dans l'économie "productive" plutôt que dans la pierre. A l'unisson de LREM, le député du MoDem (centre) Jean-Noël Barrot a défendu un budget "qui revalorise le travail".

Après ces 151 heures de débat et 2.500 amendements examinés en séance, dont 333 adoptés, le marathon va continuer. Après son passage au Sénat, où la majorité de droite fera une version partiellement corrigée, le projet de loi de finances reviendra en nouvelle lecture, puis en lecture définitive d'ici Noël.

Catégories: Actualités

Le président zimbabwéen Robert Mubage a remis sa démission

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 16:03
Le président zimbabwéen Robert Mugabe a remis mardi sa démission après 37 ans de pouvoir, a annoncé le président de l'Assemblée nationale lors d'une session extraordinaire du Parlement à Harare, qui débattait de sa destitution.
Catégories: Actualités

Zimbabwe : Mugabe a démissionné, selon le président du Parlement

Alors que le Parlement zimbabwéen examinait une procédure de destitution contre le dirigeant âgé de 93 ans, celui-ci a fait parvenir une lettre, mardi, annonçant sa démission avec effet immédiat.
Catégories: Actualités

Les robots tueurs menacent-ils notre sécurité ?

Des ONG, soutenues par des acteurs du numérique, demandent l’interdiction des armes létales autonomes. La question divise, l’ONU enquête.
Catégories: Actualités

Accueil d'enfants handicapés dans le Gers: une lanceuse d'alertes relaxée

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 16:00

Une ancienne salariée de l'institut médico-éducatif (IME) de Moussaron (Gers), poursuivie pour diffamation après avoir dénoncé les conditions d'accueil des enfants handicapés dans cet établissement, a été relaxée mardi par le tribunal correctionnel de Toulouse.

Wendy Bouchard, journaliste à Europe 1, station sur laquelle la lanceuse d'alerte Céline Boussié avait notamment tenu ces propos, et qui était aussi visée par la procédure, a également été relaxée.

"Me relaxer, c'est reconnaître ce qu'ont souffert ces enfants pendant 20 ans", a commenté Céline Boussié, en sortant de la salle d'audience, entourée par des membres de son comité de soutien, qui ont longuement applaudi à l'annonce de la décision de justice.

"Ce combat est un combat pour l'humain", a dit celle qui préside aussi l'association Handi'Gnez-vous. La relaxe est "un message d'espoir magnifique pour les travailleurs sociaux, pour les lanceurs et lanceuses d'alerte (...) Le message c'est : + parlez, bon sang, libérez la parole. Il faut le faire car ne pas le faire, c'est au détriment des personnes fragiles et vulnérables".

Lors de l'audience, en septembre dernier, Céline Boussié, larmes aux yeux, avait raconté les maltraitances que vivaient, selon elle, les enfants dans cet IME en 2013.

Des extraits d'un reportage de Nicolas Bourgouin, pour Zone Interdite sur M6, avaient aussi été diffusés, montrant des enfants attachés, des lits trop petits, les enfants enfermés.

"Trait pour trait, c'est ce que je voyais", avait assuré Mme Boussié, avant de dénoncer notamment "l'enfermement d'une jeune fille pendant 10 jours" ou "des coups portés aux enfants".

Dans un rapport fin 2013, l'Agence régionale de santé (ARS) avait constaté de "graves dysfonctionnements" dans les conditions d'installation et de fonctionnement" de cet IME pour enfants atteints de lourds handicaps et dénoncé des "violences institutionnelles".

Catégories: Actualités

Le président zimbabwéen Mugabe a démissionné

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 15:58

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a remis mardi sa démission après 37 ans de pouvoir, a annoncé le président de l'Assemblée nationale lors d'une session extraordinaire du Parlement à Harare, qui débattait de sa destitution.

"Moi Robert Gabriel Mugabe (...) remets formellement ma démission de président de la République du Zimbabwe avec effet immédiat", a déclaré le président de l'assemblée nationale Jacob Mudenda, en lisant, sous les applaudissements, la lettre de démission du chef de l'Etat.

Catégories: Actualités

Ateliers de Sud éducation 93 sur le "racisme d'Etat" : Jean-Michel Blanquer va porter plainte

LCP Assemblée nationale - mar, 11/21/2017 - 15:58
Education nationaleJean-Michel Blanquer

Le ministre de l'Education nationale a vigoureusement condamné l'initiative du syndicat Sud éducation 93 pour des ateliers en "non-mixité" raciale. Jean-Michel Blanquer va porter plainte en "diffamation" sur les accusations de "racisme d'Etat" du syndicat dans l'Education nationale.

"On parle de 'non-mixité raciale', on parle de 'blanchité', on parle de 'racisé', c'est-à-dire les mots les plus épouvantables du vocabulaire politique sont utilisés au nom soi-disant de l'antiracisme alors qu'en fait ils véhiculent évidemment un racisme", a ajouté Jean-Michel Blanquer.

Il a "regretté que le syndicat national ne se soit pas désolidarisé de la section de Seine-Saint-Denis".

Catégories: Actualités

Le MoDem veut faire de la garde alternée des enfants "la priorité" en cas de divorce

LCP Assemblée nationale - mar, 11/21/2017 - 15:55
3 minPhilippe Latombe

À la faveur de leur niche parlementaire, les députés MoDem vont défendre, mercredi en commission des Lois, un texte qui modifie le code civil. Il prévoit dans son article unique de fixer "la résidence de l'enfant au domicile de chacun des parents", sauf en cas de "raison sérieuse".

Faire de la double résidence le principe et non plus l'exception, sans toutefois "imposer" absolument une "garde égalitaire", c'est l'équilibre revendiqué de cette proposition de loi... qui suscite des critiques tant chez les partisans que les détracteurs de la garde alternée. Explications de texte avec son auteur, Philippe Latombe.

LCP.fr : Que change concrètement votre proposition de loi ?

Philippe Latombe : L’idée principale est que le juge aux affaires familiales examine en priorité la solution de la résidence alternée pour les enfants en cas de séparation des parents. Aujourd’hui, seuls 17% des enfants de parents divorcés en bénéficient.

LCP.fr : Le Conseil international sur la garde alternée estime que votre texte ne va pas assez loin et souhaite graver dans le marbre une « résidence alternée égalitaire ». Pourquoi ne pas aller jusque-là ?

P. L. : Chaque divorce reste un cas particulier. Imposer la garde égalitaire au juge serait donc, parfois, contraire à l’intérêt de l’enfant. Par exemple, si, à cause de son travail, l’un des parents n’a pas la possibilité d’être pleinement disponible sept jours d’affilée.
Le juge peut d’ailleurs prononcer des modes de résidence alternée qui soient inégalitaires, comme une semaine chez un des parents toutes les trois semaines. L’alternance entre les domiciles doit rester modulable.

LCP.fr : Certaines associations féministes reprochent au texte d’oublier les cas de violences conjugales ou de maltraitance envers les enfants. Que leur répondez-vous ?

P. L. : Aujourd’hui, la jurisprudence dit déjà très clairement qu’il n’est pas possible de permettre la résidence alternée pour ces motifs. Le texte n’y change rien. Mais, pour clarifier encore les choses, des amendements ont été déposés en commission pour exclure les cas de violences du champ du texte. Ils seront adoptés, j’en suis certain.

LCP.fr : Si l’on va vers une généralisation de la garde alternée, quid des pensions alimentaires et des allocations familiales ? Le parent le moins fortuné ne sera-t-il pas forcément perdant ?

P. L. : Cette proposition de loi ne parle et ne doit parler que de l’intérêt de l’enfant, c’est-à-dire la possibilité de voir ses deux parents. La partie financière n’est qu’une conséquence, qui bénéficie de garde-fous. Car même en cas de garde alternée, le juge peut toujours décider d’une contribution économique à l’entretien et l’éducation de l’enfant. Cette contribution, dont le barème est consultable sur le site du ministère de la Justice, doit permettre à l’enfant d’avoir le même niveau de vie chez l’un comme chez l’autre :

Le but n’est bien sûr pas que l’enfant ait, par exemple, des loisirs une seule semaine sur deux !Philippe Latombe, auteur de la proposition de loi

L’effort de coparentalité est aussi un effort financier, il nécessite l’accord des deux parents, et c’est aussi pour cela qu’on ne peut l’imposer de manière absolue.

LCP.fr : Avez-vous le soutien du reste de la majorité, voire des autres groupes ?

P. L. : Ce matin, Richard Ferrand, le président du groupe La République en marche, s’est dit favorable au texte, sous la réserve de l’adoption des amendements excluant les violences. J’ai l’espoir que l’on arrive à un large consensus dans l’hémicycle, y compris avec certains groupes d’opposition comme la Nouvelle gauche (les socialistes, ndlr) ou une partie de la droite.

LCP.fr : Pourquoi n’êtes-vous pas le rapporteur de votre texte ?

P. L. : J’ai été assez attaqué sur cette proposition. Aussi, j’ai préféré que l’organisation des auditions et du travail de fond puissent être menés de façon sereine par quelqu’un d’autre. C’est donc un autre député MoDem [Vincent Bru] qui a été désigné, dans un souci d’apaisement.

Catégories: Actualités

Un hacker iranien derrière le piratage de HBO et "Game of Thrones"

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 15:47

Un pirate informatique iranien est à l'origine de l'attaque qui a visé au printemps la chaîne câblée américaine HBO, permettant notamment de mettre la main sur le script d'un épisode inédit de la série "Game of Thrones", a indiqué mardi la justice américaine.

Selon les services du procureur fédéral de Manhattan, Joon Kim, qui ont publié le document devant servir de base à l'inculpation, l'auteur de l'attaque est Behzad Mesri, qui vit en Iran et a, par le passé, piraté des cibles pour le compte du gouvernement iranien.

Sollicité par l'AFP, un porte-parole du procureur a indiqué que le suspect n'était pas aux mains des autorités américaines.

Selon le document publié mardi, le pirate, dont le pseudonyme est "Skote Vahshat", a dérobé du contenu sur les serveurs de HBO entre mai et août 2017, notamment le script d'un épisode inédit de la série à succès "Game of Thrones".

Il a également mis la main sur des épisodes non encore diffusés des séries "Curb Your Enthusiasm", "The Deuce", "Ballers", "Barry" et "Room 104", toujours selon les éléments de l'enquête.

Il réclamait une "rançon" de 6 millions de dollars sous la forme de bitcoin, la monnaie virtuelle dont les échanges permettent l'anonymat, faute de quoi il menaçait HBO de publier 1,5 teraoctets (1.024 gigaoctets) de contenu sur internet.

La chaîne n'ayant rien versé à la date limite fixée par le pirate, le 29 juillet, Behzad Mesri a commencé dès le lendemain à faire fuiter des contenus en ligne.

L'affaire avait alors éclaté au grand jour, mais l'identité du pirate était jusqu'ici restée inconnue.

Le procureur a retenu sept chefs d'accusation contre le pirate présumé, notamment vol, fraude informatique et tentative d'extorsion.

Catégories: Actualités

Braquage de Kim Kardashian à Paris: un suspect-clé libéré pour raison médicale

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 15:46

Un des suspects-clés du braquage spectaculaire de la star américaine Kim Kardashian, en octobre 2016 à Paris, a été remis en liberté pour raison de santé, a-t-on appris mardi auprès de ses avocates.

Didier Dubreucq, 62 ans, dit "Yeux bleus", a été "placé sous contrôle judiciaire strict: il est autorisé à se déplacer uniquement pour des rendez-vous médicaux", ont indiqué Me Dominique Ousset et Victoria Anfuso.

Truand déjà condamné pour braquage et trafic de stupéfiants, Didier Dubreucq est soupçonné d'avoir fait partie du commando des trois malfaiteurs qui avait rejoint à vélo l'hôtel particulier du 8e arrondissement de Paris dans lequel séjournait Kim Kardashian.

Dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016, la star s'était fait braquer par cinq hommes dans une discrète résidence hôtelière de luxe à Paris, où elle était venue assister à la Fashion Week. Deux des voleurs l'avaient menacée avec une arme sur la tempe, avant de la ligoter, de la bâillonner, puis de l'enfermer dans la salle de bains.

Les braqueurs, des truands à l'ancienne bien connus de la justice, avaient emporté une bague évaluée à près de quatre millions d'euros, plusieurs bijoux en diamant et en or. Il s'agissait d'un braquage de neuf millions d'euros, le plus gros commis à l'encontre d'un particulier depuis vingt ans en France.

A ce jour, dix personnes ont été inculpées dans le cadre de cette enquête et six sont toujours en détention provisoire.

Pour les enquêteurs, une partie importante du butin a été écoulée en Belgique.

Catégories: Actualités

Coupe Davis: les écueils du capitaine Noah jusqu'à la finale France-Belgique

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 15:41

Des polémiques en Guadeloupe aux retrouvailles fraîches dans le Nord avec Jo-Wilfried Tsonga en passant par la cassure avec Gaël Monfils: retour sur les principaux écueils rencontrés par le capitaine Yannick Noah au cours de son troisième mandat.

- Mars 2016: première historique mais contestée en Guadeloupe -

Pour son retour sur la chaise 18 ans après, "Captain Yann" veut accueillir le Canada sur terre battue et en plein air. L'enjeu: ralentir l'impact du service de Milos Raonic (qui déclarera forfait). Seule destination "chaude" possible début mars: les Antilles. La candidature de la Guadeloupe est retenue. Pas moins de 400 tonnes de calcaire seront acheminés par bateau pour créer des courts ocre sur le vélodrome de Baie-Mahault. Et ce, malgré les réticences du président de la région Ary Chalus, refroidi par le surcoût de l'opération (3,7 millions d'euros contre 1,5 million estimé à l'origine par la Fédération française de tennis). Le choix de Noah ne fait pas l'unanimité non plus au sein de son groupe. Gaël Monfils affirme, à moins de six semaines de la rencontre, que "80% des joueurs ne voulaient pas aller en Guadeloupe", lui inclus, pour des raisons liées au calendrier de l'ATP. Noah rassemblera finalement pour la première fois Monfils, Gilles Simon, Jo-Wilfried Tsonga et Richard Gasquet. Score final: 5-0 face à une sélection canadienne bis.

- Septembre 2016: la cassure avec Monfils -

Après leur succès en République tchèque (3-1), sans Monfils mais avec le jeune Lucas Pouille qui honore sa première sélection, les Français ont rendez-vous à Zadar pour affronter la Croatie du coriace Marin Cilic. Tsonga blessé, Noah compte sur Monfils pour tenter de qualifier la France en finale. Le Parisien réalise la meilleure saison de sa carrière et sort tout juste d'une demi-finale à l'US Open. Mais deux jours avant la rencontre, il fait un faux mouvement en rentrant à l'hôtel à Zadar et déclare forfait. Son absence est "une très bonne chose pour l'état d'esprit" dira Noah qui "ne sait pas" si la blessure est réelle. En Croatie, ni Richard Gasquet, pas à son meilleur niveau, ni Pouille et ni la paire Mahut-Herbert ne font de miracle contre Cilic, champion de l'US Open 2014. La France rate encore une occasion de soulever le Saladier d'argent qui reviendra à l'Argentine de Juan Martin del Potro. Après réflexion, Noah poursuit son mandat. Monfils, gêné par des blessures en 2017, ne rejouera plus dans son équipe.

- Avril 2017: les tensions avec Tsonga -

Face à la Grande-Bretagne (4-1), orpheline d'Andy Murray, en quart de finale, Noah doit composer avec une pénurie de joueurs. Pour la première fois depuis 2005, la France joue sans aucun de ses néo-Mousquetaires. Monfils est blessé, Gasquet pas encore à 100% après son opération (appendicite), Simon en méforme et Tsonga, récent papa et déjà absent à Tokyo (1er tour), a fait l'impasse sur la campagne 2017. "Les absents ont toujours tort", dit le capitaine dans l'Equipe le 5 avril en visant Tsonga. Une semaine plus tard, à Monte-Carlo, Tsonga clarifie sa position et se rend "disponible" pour la demi-finale. "Si je joue en équipe de France, ce n'est pas parce que l'on m'y oblige mais tout simplement parce que je l'aime profondément." Noah, après s'être entretenu avec le Manceau, le retient pour le duel contre la Serbie (3-1).

- Septembre 2017: le spleen dans le Nord -

Lors de la demi-finale contre la Serbie à Villeneuve-d'Ascq, Noah apparaît fatigué et presque blasé. Il dit ne pas avoir fait un bon match de capitaine après la défaite de Pouille face à Dusan Lajovic. Puis il se tait sur la chaise lorsque Tsonga, de retour après plus d'un an d'absence, lui demande de le "laisser faire". Noah promet de tout dire le dimanche sur son humeur du moment mais se montre plus jovial le jour de la qualification et admet qu'il devra "mieux maîtriser (sa) com'" à l'avenir. Il balaie les tensions susceptibles d'exister au sein de son équipe en faisant croire à un coup de téléphone de félicitations de Gaël Monfils en conférence de presse.

Catégories: Actualités

Charente-Maritime : le Département reconnu responsable des viols subis par un enfant

L' Essentiel - SudOuest.fr - mar, 11/21/2017 - 15:40

Le tribunal administratif a retenu la responsabilité sans faute du Conseil départemental après des agressions sexuelles subies par un enfant de 12 ans.
Le Département de Charente-Maritime vient d’être reconnu civilement responsable des agressions sexuelles subies de septembre à décembre 2013 par un enfant de 12 ans placé... Lire la suite

Catégories: Actualités

La ministre de la santé démine la polémique sur la cigarette au cinéma

Après avoir promis une « action ferme » sur l’image du tabac au cinéma, la ministre de la santé, a assuré mardi n’avoir jamais évoqué son interdiction. Et tente d’apaiser la polémique.
Catégories: Actualités

Code du travail: coup d'envoi des débats sur la ratification des ordonnances

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 15:22

Les ordonnances réformant le code du travail, promesse phare d'Emmanuel Macron et premier gros chantier social du quinquennat, commencent mardi leur dernière course d'obstacles à l'Assemblée, face à des opposants décidés à "ne pas lâcher l'affaire".

Entrées en vigueur en septembre et paraphées devant les caméras par Emmanuel Macron à son bureau sous les ors de l'Elysée, les cinq ordonnances doivent être ratifiées par le Parlement pour avoir force de loi et ne pas devenir caduques.

Le gouvernement est déjà tourné vers le nouveau chapitre de ses réformes sociales. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, est ainsi venue mardi devant les députés du groupe LREM pour évoquer les ordonnances, mais aussi les réformes de la formation professionnelle, de l'apprentissage et de l'assurance chômage.

Les députés de la majorité espèrent ne pas "faire une redite" des débats tendus de l'été lors de l'examen du projet de loi habilitant le gouvernement à réformer par ordonnances, comme l'a expliqué mardi le MoDem Patrick Mignola. Ils veulent profiter de ce nouveau passage pour "faire partager aux Français en quoi ces ordonnances s'inscrivent dans un projet social global".

Sur le papier, les ordonnances peuvent encore être modifiées par les députés, qui examineront quelque 360 amendements d'ici la fin de la semaine, avant un vote solennel le 28 novembre, puis un passage au Sénat.

Le gouvernement entend faire quelques retouches, notamment sur des volets controversés, pour préciser les garanties apportées aux salariés dans le cadre des nouvelles ruptures conventionnelles collectives ou pour exclure le bonus des traders du calcul des indemnités en cas de licenciement abusif.

Mais l'équilibre global des ordonnances ne sera pas remis en cause.

Les quelque 260 amendements des trois groupes de gauche - Nouvelle Gauche, Insoumis et communistes - ont peu de chances d'infléchir les mesures les plus controversées, comme la barémisation des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif, la fusion des instances représentatives du personnel, dont le CHSCT, ou le rôle accru de l'accord d'entreprise.

- 'Le désaccord demeure' -

Les députés communistes, qui défendront en fin de journée une motion de rejet du texte, se disent néanmoins décidés à "ne pas lâcher l'affaire" et à "continuer à mener bataille d'arrache-pied".

Ils comptent le faire "y compris sur des motifs d'inconstitutionnalité et de contravention avec les règles de l'Organisation internationale du travail (OIT)", a assuré mardi l'un de leurs porte-parole, Pierre Dharréville. "Il n'y a toujours pas de majorité populaire dans le pays en faveur de cette réforme", a-t-il estimé.

Les Insoumis n'entendent pas non plus "désarmer" contre un "plan de marche anti-social", même si leur chef de file, Jean-Luc Mélenchon a reconnu récemment qu'Emmanuel Macron avait "le point pour l'instant". Symboliquement, le premier amendement qu'ils défendront visera à remplacer le mot "renforcement" de la négociation collective par "affaiblissement".

Les socialistes de Nouvelle Gauche, qui tenteront de renvoyer le texte en commission, voteront aussi unanimement contre. "Notre désaccord demeure", a expliqué mardi l'un des porte-parole Boris Vallaud, dénonçant une réforme qui "reste tout à fait déséquilibrée".

Et ils préparent "un recours au Conseil constitutionnel" qu'ils comptent déposer avec les autres groupes de gauche, sur "la non-réparation intégrale du préjudice subi devant les prud'hommes" ou "la liberté syndicale par rapport aux compétences" de la nouvelle instance représentative du personnel.

Malgré cette franche opposition à gauche, la ratification est assurée avec le soutien d'une large majorité, au delà de LREM et MoDem. En août, la loi d'habilitation avait été largement approuvée avec les voix des LR et Constructifs.

LR a d'ailleurs confirmé mardi, par la voix de son chef de file Christian Jacob, qu'il "votera la ratification", même s'il défendra "quelques amendements".

Côté rue, le mouvement de protestation semble s'essouffler, même si une cinquième journée de protestation n'est "pas exclue" par la CGT pour qui la "bataille" syndicale n'est "pas terminée". La contestation se déplace aussi sur le terrain judiciaire avec différents recours syndicaux devant le conseil d'Etat.

Catégories: Actualités

Coupe Davis: Yannick Noah et ses mystères

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 15:20

"Père la rigueur", "tonton flingueur"... le capitaine Yannick Noah a montré de multiples facettes ces deux dernières années et le mystère demeure quant à son emprise sur la génération des Jo-Wilfried Tsonga, Richard Gasquet et consorts à l'approche de la finale de la Coupe Davis contre la Belgique.

Le guide des épopées de 1991 et 1996 s'est heurté cette fois à bien des écueils et des critiques pour gérer les ego de l'équipe de France. Diriger ce groupe, c'est autre chose que de manager Guy Forget, Henri Leconte ou Cédric Pioline (son actuel adjoint) qu'il a mené jusqu'au Saladier d'argent.

"Ce n'est pas de la tarte", dit même Jean-Paul Loth, capitaine de Noah lors de la finale de 1982 perdue face aux États-Unis, qui considère son ancien poulain comme le mieux placé pour "encaisser" cette charge.

A-t-il pour autant imposé son aura de "sorcier" ? Pour Forget, son successeur de 1999 à 2012, il a surtout "apporté une rigueur, un sens de l'engagement qui était peut-être encore un peu confus chez certains". Mais il a "mis du temps à s'adapter à cette génération, proche de celle de son fils Joakim", le basketteur des Knicks de New York (32 ans) qui a plusieurs fois décliné les sélections en équipe de France.

"Au début, il devait penser que tout allait fonctionner de manière assez simple avec ses anciens schémas. Il s'est rendu compte qu'il allait devoir assouplir ses certitudes parce que le jeu et les joueurs ont évolué, comme la société", ajoute-t-il.

- Arrivé en "père fouettard" -

Noah, 57 ans, a une réponse simple pour décrire la différence entre ses amis ou "petits frères" d'hier et ceux qui pourraient être ses enfants. "Je suis plus vieux et ils sont plus jeunes." Et si ce n'était pas plus compliqué que cela ? Si la stature de commandeur du dernier vainqueur Français (masculin) en Grand Chelem, à Roland-Garros en 1983, n'avait pas pris un peu la poussière aux yeux des tennismen d'aujourd'hui ?

Le chanteur, qui a mis sa carrière musicale entre parenthèses, a rencontré les même problèmes que ceux de Forget et Arnaud Clément (2013-2015), évincé sans ménagement pour faciliter son retour. Entre désintérêt croissant des meilleurs joueurs pour cette compétition plus que centenaire, soucis de motivation et bataille d'ego...

"A partir du moment où le cadre est défini, celui qui sort du cadre, sort. Il n'y aura pas un, pas deux, pas trois avertissements", assure Noah tel un "père fouettard" à son arrivée il y a deux ans. Mais, avant le début de la campagne 2016, son choix d'accueillir le Canada en Guadeloupe est contesté par Gaël Monfils. Le Parisien d'origine antillaise sera bien sur la feuille de match à Baie-Mahault avec -c'est une première- les trois autres "néo-Mousquetaires", Tsonga, Gasquet et Gilles Simon. Ce sera la seule fois et Monfils ne rejouera plus avec les Bleus.

- Numéro de com' -

Car le capitaine devra composer avec les pépins physiques et les méformes, le manque d'implication de Monfils dont les circonstances de la blessure à deux jours de la demi-finale, l'an passé en Croatie, restent obscures. Ou encore les hésitations de Tsonga qui ne souhaitait pas jouer en 2017 pour se ménager du temps avec son petit garçon, né en mars. "Les absents ont toujours tort", a lâché Noah pour faire revenir "(son) joueur N.1" sans pour autant s'épargner des tensions.

Contre la Serbie, mi-septembre, Tsonga a demandé à Noah de ne plus lui parler pendant les échanges, lors d'un week-end étrange où Noah a alterné lassitude, mal-être et autocritique avant de changer de posture le dimanche de la qualification, pour faire taire les rumeurs de mauvaises ambiances en interne.

Il avait été jusqu'à jouer un petit numéro de com' en faisant croire à un coup de fil de félicitations de Monfils (forfait), en conférence de presse. Alors mauvaise ambiance ou pas ? "C'est difficile de savoir ce qui se passe à l'intérieur de l'équipe", souligne l'ancien entraîneur de Noah et des Bleus Patrice Hagelauer.

Selon lui, la force de Noah, c'est de savoir s'adapter aux joueurs. "(Cédric) Pioline, quand il jouait encore, lui avait demandé aussi d'avoir des moments de calme", souligne-t-il. Pour l'actuel capitaine-adjoint, Noah s'est "bonifié" lors de son troisième mandat qu'il ne prolongera peut-être pas. "Je n'ai aucune certitude sur rien", a-t-il dit avant la finale. Encore un mystère...

Catégories: Actualités

Code du travail: coup d'envoi des débats sur la ratification des ordonnances

LCP Assemblée nationale - mar, 11/21/2017 - 15:20

Les ordonnances réformant le code du travail, promesse phare d'Emmanuel Macron et premier gros chantier social du quinquennat, commencent mardi leur dernière course d'obstacles à l'Assemblée, face à des opposants décidés à "ne pas lâcher l'affaire".

Entrées en vigueur en septembre et paraphées devant les caméras par Emmanuel Macron à son bureau sous les ors de l'Elysée, les cinq ordonnances doivent être ratifiées par le Parlement pour avoir force de loi et ne pas devenir caduques.

Le gouvernement est déjà tourné vers le nouveau chapitre de ses réformes sociales. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, est ainsi venue mardi devant les députés du groupe LREM pour évoquer les ordonnances, mais aussi les réformes de la formation professionnelle, de l'apprentissage et de l'assurance chômage.

Les députés de la majorité espèrent ne pas "faire une redite" des débats tendus de l'été lors de l'examen du projet de loi habilitant le gouvernement à réformer par ordonnances, comme l'a expliqué mardi le MoDem Patrick Mignola. Ils veulent profiter de ce nouveau passage pour "faire partager aux Français en quoi ces ordonnances s'inscrivent dans un projet social global".

Sur le papier, les ordonnances peuvent encore être modifiées par les députés, qui examineront quelque 360 amendements d'ici la fin de la semaine, avant un vote solennel le 28 novembre, puis un passage au Sénat.

Le gouvernement entend faire quelques retouches, notamment sur des volets controversés, pour préciser les garanties apportées aux salariés dans le cadre des nouvelles ruptures conventionnelles collectives ou pour exclure le bonus des traders du calcul des indemnités en cas de licenciement abusif.

Mais l'équilibre global des ordonnances ne sera pas remis en cause.

Les quelque 260 amendements des trois groupes de gauche - Nouvelle Gauche, Insoumis et communistes - ont peu de chances d'infléchir les mesures les plus controversées, comme la barémisation des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif, la fusion des instances représentatives du personnel, dont le CHSCT, ou le rôle accru de l'accord d'entreprise.

- 'Le désaccord demeure' -

Les députés communistes, qui défendront en fin de journée une motion de rejet du texte, se disent néanmoins décidés à "ne pas lâcher l'affaire" et à "continuer à mener bataille d'arrache-pied". 

Ils comptent le faire "y compris sur des motifs d'inconstitutionnalité et de contravention avec les règles de l'Organisation internationale du travail (OIT)", a assuré mardi l'un de leurs porte-parole, Pierre Dharréville. "Il n'y a toujours pas de majorité populaire dans le pays en faveur de cette réforme", a-t-il estimé.

Les Insoumis n'entendent pas non plus "désarmer" contre un "plan de marche anti-social", même si leur chef de file, Jean-Luc Mélenchon a reconnu récemment qu'Emmanuel Macron avait "le point pour l'instant". Symboliquement, le premier amendement qu'ils défendront visera à remplacer le mot "renforcement" de la négociation collective par "affaiblissement".

Les socialistes de Nouvelle Gauche, qui tenteront de renvoyer le texte en commission, voteront aussi unanimement contre. "Notre désaccord demeure", a expliqué mardi l'un des porte-parole Boris Vallaud, dénonçant une réforme qui "reste tout à fait déséquilibrée". 

Et ils préparent "un recours au Conseil constitutionnel" qu'ils comptent déposer avec les autres groupes de gauche, sur "la non-réparation intégrale du préjudice subi devant les prud'hommes" ou "la liberté syndicale par rapport aux compétences" de la nouvelle instance représentative du personnel.

Malgré cette franche opposition à gauche, la ratification est assurée avec le soutien d'une large majorité, au delà de LREM et MoDem. En août, la loi d'habilitation avait été largement approuvée avec les voix des LR et Constructifs.

LR a d'ailleurs confirmé mardi, par la voix de son chef de file Christian Jacob, qu'il "votera la ratification", même s'il défendra "quelques amendements".

Côté rue, le mouvement de protestation semble s'essouffler, même si une cinquième journée de protestation n'est "pas exclue" par la CGT pour qui la "bataille" syndicale n'est "pas terminée". La contestation se déplace aussi sur le terrain judiciaire avec différents recours syndicaux devant le conseil d'Etat. 

Catégories: Actualités

Airbus: certification de l'A350-1000 en Europe et aux Etats-Unis

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 15:14

L'A350-1000 a obtenu ses certifications de la part des organismes d'aviation civile européen et américain, ouvrant la voie à la livraison du premier exemplaire du plus gros bimoteur d'Airbus à la fin de l'année, a annoncé le constructeur mardi.

Le dernier-né de la famille des A350, une version allongée par rapport à son aîné, l'A350-900, a reçu les certifications de l'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) et de l'agence de l'aviation américaine (FAA) à la suite d'une "campagne intensive d'essais en vol menée en moins d'un an", a indiqué Airbus dans un communiqué.

L'A350-1000, équipé de moteurs Rolls-Royce Trent XWB-97, "bénéficie de la maturité de son frère, l'A350-900, ce qui s'est traduit par d'excellentes performances" lors des essais, a commenté le directeur général délégué d'Airbus et président d'Airbus avions commerciaux, Fabrice Brégier, cité dans le communiqué, précisant que le premier exemplaire serait livré "à Qatar Airways à la fin de l'année".

L'appareil a été allongé d'environ sept mètres par rapport à son aîné pour porter son fuselage à près de 74 mètres, ce qui a permis d'ajouter 40 sièges dans une configuration de trois classes différentes, soit un total de 366 passagers. Il est aussi équipé d'un moteur plus puissant.

Il compte pour l'instant 11 clients dans le monde pour un total de 169 exemplaires commandés.

Le nouveau gros porteur d'Airbus a pour principal concurrent le Boeing 777-300 et, en particulier, le 777-300ER. L'avionneur européen annonce un coût d'exploitation inférieur d'un quart par rapport à son rival américain.

L'A350-900 totalise 681 commandes et 122 appareils ont été livrés.

Catégories: Actualités

Propos de Nicolas de Tavernost contre l'arbitre : la commission de discipline saisie

L' Essentiel - SudOuest.fr - mar, 11/21/2017 - 15:13

"Ce sont vraiment des gens irresponsables", avait lancé le patron de M6, propriétaire des Girondins, en parlant de l'arbitrage durant Bordeaux-Marseille.
Le Conseil National de l'Éthique (CNE) a décidé de saisir les instances disciplinaires de la Ligue de football professionnel (LFP) mardi, après les propos de l'actionnaire... Lire la suite

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités