Actualités

Zimbabwe : les deux semaines qui ont fait tomber Robert Mugabe

Le plus vieux dirigeant de la planète a présenté sa démission mardi au terme de quinze jours de rebondissements au Zimbabwe.
Catégories: Actualités

Ligue des champions : le Real Madrid et Liverpool qualifiés, Monaco humilié

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 21:42
Soirée réussie pour le Real Madrid et Liverpool, qui ont validé leur qualification en 8e de finale de la Ligue des champions. Triste fin de parcours en revanche pour Monaco, balayé par Leipzig et éliminé de toutes les compétitions européennes.
Catégories: Actualités

Ligue des champions: Monaco éliminé et humilié par Leipzig 4-1

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 21:40

Le champion de France en titre Monaco a été éliminé de toutes compétitions européennes et humilié à domicile par le RB Leipzig, vainqueur 4-1 au stade Louis-II mardi soir en match de poule de la Ligue des champions.

Catégories: Actualités

Trump gracie sa première dinde de Thanksgiving

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 21:25

Le président américain Donald Trump a gracié mardi sa première dinde de Thanksgiving, se prêtant à l'occasion de cette longue tradition présidentielle aux plaisanteries de rigueur. Et le dindon de la farce fut Barack Obama.

Devant un parterre d'invités et de nombreux journalistes dans les jardins de la Maison Blanche, Donald Trump a présenté "Drumstick" - "Pilon" en français - la première dinde graciée depuis son arrivée à Washington le 20 janvier.

Le milliardaire avait, en août, octroyé sa première vraie grâce présidentielle au shérif Joe Arpaio, condamné pour des tactiques discriminatoires contre les immigrés hispaniques.

Mais si cette décision avait provoqué une vague d'indignation, la grâce de Drumstick a été accordée sur le ton badin habituel pour cette tradition qui pourrait remonter jusqu'à Abraham Lincoln (1809-1865) et annonce Thanksgiving. Des millions de dinde sont dégustées lors de cette fête, l'une des plus importantes aux Etats-Unis.

"Oh je pense que Drumstick va être très contente", a déclaré Donald Trump, accompagné de son épouse Melania et de leur fils Barron, âgé de 11 ans. "Tu es prête, Drumstick? Drumstick, tu es à présent graciée."

"Comme beaucoup d'entre vous le savent, j'ai été très actif pour annuler certains décrets adoptés par mon prédécesseur. J'ai toutefois été informé par le conseil de la Maison Blanche que les grâces de Tater et Tot ne peuvent en aucune circonstance être annulées", a-t-il déclaré à propos de dindes graciées par Barack Obama.

"Tater et Tot, vous pouvez donc être tranquilles", s'est amusé Donald Trump, ignorant ensuite les questions criées par les journalistes, qui lui demandaient notamment s'il comptait gracier d'autres humains, sur fond d'enquête portant sur les liens entre son entourage et la Russie.

Se voulant bon enfant, la tradition de la dinde présidentielle ne fait pourtant pas rire tout le monde.

L'association américaine de défense des animaux PETA a ainsi rappelé mardi que ces volailles sont tellement engraissées pour Thanksgiving que "10% des dindes (issues) d'élevages en batterie meurent avant même d'arriver à l'abattoir" et que "beaucoup ne peuvent même pas se tenir debout sans souffrir". Et de donner la liste des dernières dindes présidentielles, mortes pour la plupart moins d'un an après leur grâce.

Catégories: Actualités

Corée du Nord: nouvelles sanctions américaines contre des entreprises chinoises

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 21:20

Les Etats-Unis ont annoncé mardi de nouvelles sanctions ciblées contre des entreprises nord-coréennes, mais aussi chinoises, pour isoler encore davantage la Corée du Nord et, espèrent-ils, l'obliger à des négociations sur son programme nucléaire.

Elles visent des entreprises "qui font du commerce avec la Corée du Nord pour des montants cumulés atteignant des centaines de millions de dollars", a annoncé le secrétaire au Trésor américain Steve Mnuchin dans un communiqué. Au total, un ressortissant chinois, treize sociétés et entités ainsi que vingt navires sont frappés par ces mesures.

Le président Donald Trump avait inscrit lundi la Corée du Nord sur la liste noire américaine des "Etats soutenant le terrorisme", promettant de nouvelles mesures punitives "importantes".

Son secrétaire d'Etat Rex Tillerson avait toutefois insisté sur le caractère avant tout "symbolique" de cette nouvelle mise au ban et sur l'objectif ainsi poursuivi: faire "comprendre" au régime de Kim Jong-Un "que ce sera de pire en pire s'il refuse de négocier".

Le chef de la diplomatie américaine s'est dit certain que les sanctions internationales draconiennes adoptées durant l'été par le Conseil de sécurité de l'ONU, en réponse à de nouveaux essais balistiques et nucléaires, et celles, unilatérales, décidées par les Etats-Unis commencent à avoir un "impact significatif" sur l'économie du pays reclus.

Comme il l'avait expliqué, le nouveau train de mesures punitives américaines étend le champ de celles déjà imposées ces derniers mois, notamment en juin contre l'établissement chinois Bank of Dandong, accusé d'être un "canal" financier au service des ambitions nucléaires de Pyongyang.

Mardi, le Trésor a ciblé quatre sociétés d'import-export chinoises ainsi que le propriétaire, également chinois, d'une d'entre elles. Il s'agit de Dandong Kehua Economy & Trade Co. Ltd, de Dandong Xianghe Trading Co. Ltd, et de Dandong Hongda Trade Co. Ltd, spécialisées dans le commerce d'ordinateurs portables et de minerais, et de Sun Sidong et son entreprise, Dandong Dongyuan Industrial Co. Ltd, qui exporterait en Corée du Nord, entre autres, des véhicules à moteur ou des "articles associés aux réacteurs nucléaires", selon le ministère.

- Stratégies de contournement -

Cette dernière entreprise a également été associée avec des sociétés liées à la fabrication d'armes de destruction massive en Corée du Nord, a-t-il affirmé.

Côté nord-coréen, les nouvelles sanctions visent des administrations, agences et entreprises impliquées dans le transport maritime. Vingt navires battant pavillon nord-coréen sont aussi épinglés, accusés notamment de participer aux stratégies du régime pour contourner les sanctions internationales.

Enfin, Korea South-South Cooperation Corporation, une entité qui "exporte" des travailleurs nord-coréens notamment en Chine, en Russie, au Cambodge et en Pologne, pour "générer des revenus" pour le régime, est également concernée par ce train de mesures.

Les Etats-Unis appellent le reste de la communauté internationale à resserrer l'étau autour de Pyongyang en participant à leur "campagne de pression maximale". Sanctions ciblées à l'appui, ils demandent notamment à la Chine, principal partenaire commercial de la Corée du Nord, de lâcher définitivement son voisin -- Donald Trump s'est montré confiant à cet égard après sa récente tournée asiatique, malgré le scepticisme de nombreux observateurs.

Washington espère qu'une fois totalement isolé, soumis à un strict blocus économique et sous la menace de l'option militaire souvent brandie par le président américain, Kim Jong-Un finira par accepter des négociations. La plupart des experts estiment toutefois qu'il ne renoncera jamais à l'arme atomique, qu'il considère comme l'assurance-vie de son régime.

"Nous avons toujours espoir dans la démocratie", avait assuré lundi Rex Tillerson, qui a récemment évoqué des "canaux de communication" ouverts avec Pyongyang en l'attente d'un "signe" du dirigeant nord-coréen pour envisager des discussions. Il a souhaité la poursuite de la "période de calme" en cours -- aucun tir de missile ni essai nucléaire nord-coréen depuis le 15 septembre -- mais s'est abstenu d'y voir le résultat de la politique américaine.

Catégories: Actualités

Plateformes de location: Le Drian souhaite un "cadre réglementaire complet"

LCP Assemblée nationale - mar, 11/21/2017 - 21:15

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a souhaité mardi lors du 65e congrès de l'Umih "un cadre réglementaire complet" concernant les plateformes de location telles que Airbnb, avant la tenue en France de la Coupe du monde de rugby ou encore des Jeux Olympiques.

Le gouvernement "est mu par un principe simple : faire en sorte que l'irruption des nouvelles technologies et de nouveaux usages ne se fasse pas au détriment des acteurs du tourisme", a lancé M. Le Drian devant plusieurs centaines de restaurateurs et hôteliers réunis au congrès de l'Umih à Reims. 

"Ce que je souhaite, c'est de faire en sorte que nous soyons assurés, dans l'intérêt de nos visiteurs et dans l'intérêt de l'industrie du tourisme, qu'il y ait un cadre réglementaire complet, efficace et opératoire avant même l'arrivée des grands événements que la France va connaître, que ce soit la Coupe du monde de rugby, que ce soit les Jeux Olympiques, que ce soit, je l'espère, l'Exposition universelle en 2025", a-t-il déclaré.

A compter du 1er janvier, les plateformes de location telles que Airbnb ou encore Abritel-HomeAway auront pour obligation d'indiquer la qualité de l'annonceur, qu'il soit professionnel ou non professionnel.

Depuis plusieurs mois, les hôteliers français mais aussi la Mairie de Paris, très concernée par la location de meublés touristiques, demandent au gouvernement la publication rapide d'un décret concernant des "sanctions significatives et dissuasives" à l'encontre des plateformes qui ne respectent pas la loi.

"Le décret explicitant les modalités des sanctions aux manquements des plateformes sera publié parce qu'il ne suffit pas de publier le décret, il faut aussi les pénalisations qui seront articulées avec ces décrets. Enfin, un décret interviendra afin de mettre en oeuvre la transmission automatique des revenus des hôtes à l'administration fiscale", s'est engagé le ministre.

Selon lui, "l'activité économique numérique pose aujourd'hui un défi aux critères classiques d'imposition des entreprises. Le tourisme, en particulier dans le domaine de l'hôtellerie, n'échappe pas à cette réalité, il faut donc la combattre", a-t-il martelé, assurant que le gouvernement "travaille à des projets de taxation qui visent à faire en sorte que le caractère immatériel de l'activité numérique n'échappe pas à une imposition adaptée".

Au sujet de la fréquentation touristique, Jean-Yves Le Drian a affirmé que "les prévisions pour 2017 nous permettent déjà d'espérer autour de 89 millions de touristes internationaux, un très beau résultat, qui prouve que nous faisons mieux que rebondir après la difficile année 2016 – 82 millions de touristes internationaux (...)", a-t-il rappelé.

L'objectif du gouvernement est d'atteindre la barre des 100 millions de touristes internationaux à l'horizon 2020.

Catégories: Actualités

Le remaniement sera finalement annoncé "dans la semaine"

LCP Assemblée nationale - mar, 11/21/2017 - 21:14

Le remaniement du gouvernement, initialement annoncé pour mardi, sera finalement annoncé "dans la semaine" et en tout cas pas avant le Conseil des ministres de mercredi, a déclaré mardi soir à l'AFP l'entourage du président Emmanuel Macron.

Par conséquent, Christophe Castaner sera encore porte-parole du gouvernement mercredi matin et c'est donc lui qui, à ce titre, fera le compte-rendu du Conseil des ministres à la mi-journée, a-t-on précisé. Ce retard est lié notamment à la vérification du patrimoine d'éventuels nouveaux ministres.

Ces précisions ont été données dans la soirée alors que l'annonce de ce remaniement était prévue mardi "dans la journée", comme l'avait annoncé lundi M. Castaner.

Ce mini-remaniement vise notamment à remplacer ce dernier, qui a été élu samedi à la direction de La République en marche (LREM).

Il devrait être remplacé par Benjamin Griveaux, 39 ans, actuel secrétaire d'Etat à l'Economie et l'un des proches du chef de l'Etat, selon une source proche de M. Macron.

Dans le même temps, M. Castaner devrait conserver son poste de secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, comme il en a émis le souhait, selon la même source.

M. Griveaux pourrait pour sa part être remplacé par une députée macroniste à son poste à Bercy, auprès du ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Avant une telle nomination, des vérifications doivent être effectuées par la Haute Autorité de Transparence de la Vie Publique sur le patrimoine du nouveau membre du gouvernement. 

Catégories: Actualités

Le Canada prévoit un afflux de demandeurs d'asile fuyant les Etats-Unis

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 21:06

Le Canada se prépare à accueillir des dizaines de milliers de demandeurs d'asile fuyant les Etats-Unis où leur statut spécial va disparaitre d'ici mi-2019, après l'arrivée d'une première vague plus tôt cette année.

"Nous nous sommes préparés pour tous les scénarios imaginables", a assuré mardi Ralph Goodale, ministre canadien de la Sécurité publique, après la décision de l'administration américaine de résilier à compter du 22 juillet 2019, le statut de protection temporaire (TPS) octroyé après le tremblement de terre de 2010 à quelque 58.700 Haïtiens.

L'évocation d'une telle suppression au début de l'été avait suffi à jeter sur les routes, en direction du Canada, des milliers de Haïtiens vivant aux Etats-Unis sous ce statut.

Depuis le début de l'année, près de 17.000 personnes vivant aux Etats-Unis ont franchi de façon irrégulière la frontière canadienne pour y demander l'asile, selon les données des services de l'immigration.

Au plus fort de la vague, en juillet et en août, des centaines de personnes ont traversé quotidiennement la frontière à travers des zones boisées pour éviter les points de contrôle officiels.

Au total, quelque 321.000 Haïtiens, Nicaraguayens, Honduriens et Salvadoriens bénéficient actuellement du TPS mais l'administration américaine a tranché: Haïtiens et Nicaraguayens vont le perdre courant 2019 tandis que le sort des Honduriens et des Salvadoriens est encore dans la balance.

Outre tenter d'obtenir un statut de résident permanent aux Etats-Unis ou de rentrer dans leur pays d'origine, ils peuvent essayer d'ici la date butoir de trouver une autre terre d'accueil. Pour la majorité, le Canada représente cet eldorado.

Avec l'afflux cet été, le gouvernement fédéral canadien avait renforcé ses effectifs aux frontières et construit des refuges temporaires pour avoir le temps nécessaire de monter les dossiers de demandes d'asile et désengorger les centres d'hébergement.

- 'On gère encore la crise' -

Mais cela n'a pas suffi, a assuré à l'AFP Jean-Pierre Fortin, président du syndicat canadien des douanes et de l'immigration, déplorant un manque d'effectifs pour traiter les demandes. "A l'heure actuelle, le système, au niveau de l'immigration, est engorgé. Donc, on gère encore la crise" de la vague estivale.

La Commission de l'immigration et du statut de réfugié (CISR) a repoussé l'examen de tous les nouveaux dossiers au 1er juin 2018 alors qu'elle met habituellement 60 jours pour juger de la recevabilité des demandes, a-t-il expliqué.

Et, malgré la "période hivernale", de 60 à 70 demandeurs d'asile arrivent encore chaque jour en provenance des Etats-Unis.

Pour M. Fortin, l'espoir et "la bonne nouvelle" pour le Canada viennent du délai accordé aux populations concernées (janvier 2019 pour les Nicaraguayens, juillet 2019 pour les Haïtiens), ce qui devrait laisser l'opportunité aux autorités canadiennes "d'augmenter les ressources de façon significative".

Avis partagé par Marjorie Villefranche, directrice générale de la Maison d'Haïti, organisme de la diaspora de Montréal venant en aide aux nouveaux arrivants.

"La seule chose que je puisse espérer" est que les responsables politiques ont tiré les conséquences "de ce qu'il s'est passé cet été" et qu'ils mettront en place "les choses nécessaires" pour éviter un engorgement des centres d'hébergement d'urgence, a-t-elle confié à l'AFP.

"La quantité de Haïtiens, et pas seulement de Haïtiens, qui vont vouloir venir au Canada va augmenter, c'est sûr", a-t-elle relevé.

Le gouvernement fédéral canadien ne veut pas céder à la panique et le ministre de la Sécurité publique espère un coup de pouce de l'administration du président Donald Trump.

"Les Américains nous ont indiqué (...) qu'ils feraient tout pour nous prévenir. Et ils semblent, d'après l'annonce (de lundi), vouloir prendre une approche graduelle et accorder des sursis (...). C'est donc très apprécié", a souligné M. Goodale.

"Nous serons évidemment prêts à faire face aux circonstances. Nous mettons en place depuis un certain temps, de concert avec les provinces et les municipalités, un plan d'urgence pour nous assurer (...) que nous appliquons toutes les lois canadiennes et (...) respectons les obligations internationales du Canada en vertu des conventions internationales", a-t-il assuré.

Catégories: Actualités

Nouvelle politique migratoire américaine: Haïti entre fébrilité et espoir

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 21:06

La société haïtienne appréhende avec fébrilité les conséquences de la fin du statut migratoire spécial accordé par Washington aux 58.000 ressortissants de ce pays, même si certains accueillent ce changement de politique comme un soulagement et y voient une "opportunité" pour Haïti.

Le ministère américain de la Sécurité intérieure a annoncé lundi l'abrogation du Statut de protection temporaire (TPS) pour les Haïtiens arrivés illégalement aux Etats-Unis depuis le tremblement de terre dévastateur de 2010, ouvrant la voie à leur expulsion à compter de juillet 2019.

Rappelant le "tableau accablant" des quelque 200.000 personnes déjà revenues en Haïti de la République dominicaine après un changement de politique migratoire en 2013, "sans accueil, sans support public et vraiment sans une politique de réinsertion, on voit qu'Haïti ne pourra pas absorber d'autres personnes venant de l'étranger", s'inquiète Geralda Sainville, du groupe d'appui aux rapatriés et réfugiés.

Éviter que des drames familiaux ne se multiplient est l'un des premiers arguments avancés par ceux appelant à une régularisation des actuels bénéficiaires du TPS car, selon le centre des études en migration de New York, 27.000 enfants de nationalité américaine ont au moins un parent jouissant du statut spécial.

Destinés aux citoyens de pays confrontés à un conflit armé ou une catastrophe environnementale, le TPS avait été étendu aux ressortissants haïtiens au lendemain du séisme qui avait fait plus de 200.000 morts.

- 'Satisfaction' -

Encore profondément marquée par le tremblement de terre de 2010, Haïti fait face à des conditions sociales extrêmes: 70% des habitants sont menacés par l'insécurité alimentaire et les dégâts causés de l'ouragan Matthew en octobre dernier dans les régions agricoles renforcent cette précarité.

La décision de l'administration Trump suscite l'indignation de nombre d'élus américains dont les circonscriptions accueillent une large communauté haïtienne.

Le moratoire avant la fin du TPS pour les ressortissants haïtiens offre toutefois quelques motifs de soulagement, notamment chez les responsables politiques.

"C'est une décision de satisfaction pour nos ressortissants vivant aux États-Unis car il y a des pays comme le Honduras ou le Nicaragua qui n'ont pas pu obtenir ce moratoire. Nos ressortissants ont 18 mois pour mettre à jour leur statut" a ainsi déclaré mardi à l'AFP Tamara Orion, porte-parole de la présidence haïtienne.

"Ces 18 mois sont une opportunité pour que l'on continue la mobilisation avec nos alliés, surtout au niveau du congrès", a réagi mardi Paul Altidor, ambassadeur haïtien accrédité aux Etats-Unis, au micro d'une radio privée de Port-au-Prince.

"Nous savions que ce programme n'était que temporaire: la solution permanente passe par un changement au niveau de la législation américaine" a ajouté le diplomate, exhortant par ailleurs les familles concernées à prendre contact avec des avocats spécialisés en matière migratoire.

- Réinsertion -

Trois membres du Congrès américain travaillent actuellement à la rédaction d'une loi autorisant les bénéficiaires du TPS à solliciter la résidence permanente aux États-Unis.

Face aux inquiétudes, certains voient le retour de ces ressortissants comme une réelle opportunité pour l'économie haïtienne.

"57% de ces personnes ont un niveau de formation universitaire, des compétences professionnelles ont été acquises car 81% ont un travail rémunéré: il faudrait voir comment leur réinsertion dans l'économie haïtienne pourrait être bénéfique pour le pays", commente l'économiste haïtien Camille Chalmers. "Il faut penser le développement à partir des capacités internes de production au lieu d'attendre des transferts d'argent qui ne représentent, au final, qu'une infime partie des richesse créées à l'étranger par nos ressortissants" affirme-t-il.

Offrir un cadre de vie et d'emploi attractif pour ces familles qui ont, pour certaines, vécu plus d'une décennie aux Etats-Unis est le défi qui se présente aux autorités haïtiennes mais, dans un délai de 18 mois, la tâche est immense.

Au dernier classement de compétitivité établi en septembre par le forum économique mondial, Haïti occupait la 128e place sur 137 économies analysées. Le difficile accès au crédit, l'instabilité politique et le manque d'infrastructures constituent les grands obstacles aux investissements privés et aux créations d'emplois dans le pays.

Catégories: Actualités

Ligue des champions: pour Simeone (Atlético): "Griezmann a besoin de buts"

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 21:00

Antoine Griezmann est préoccupé par ses ratés avec l'Atlético Madrid et il a "besoin de buts" mercredi contre l'AS Rome pour retrouver "son état naturel" et entretenir l'espoir d'une qualification en huitièmes de Ligue des champions, a déclaré mardi son entraîneur Diego Simeone.

Q: Quels éléments vous permettent de croire encore à la qualification, qui semble très mal partie pour l'Atlético ?

R: "Le fait que nous progressions en permanence, au-delà de la situation que nous sommes contraints de vivre. Nous sommes un club qui a un rang à tenir et qui doit le faire à chaque match. Demain (mercredi), il faut d'abord penser à nous-mêmes, au-delà du match de Qarabag (contre Chelsea), parce qu'ensuite il restera encore une journée. Le plus beau, dans la vie, c'est que de temps à autre, il se produit des choses inattendues. Nous espérons être à la hauteur de ce que nous avons à faire, à savoir bien rivaliser dans les deux matches qui nous reste."

Q: Vous qui avez joué à la Lazio, espérez-vous que l'AS Rome ait pu laisser de l'influx dans le derby romain gagné samedi (2-1) ?

R: "Je crois que la Roma a beaucoup progressé depuis le premier match que nous avons joué contre eux à Rome. Ils ont davantage confiance en ce qu'ils font et ils affichent davantage de vitesse offensivement. Quant à la possible distraction (du derby), ils ont des joueurs d'expérience comme (Daniele) De Rossi qui sont capables de maîtriser ce genre de situation. Je pense que la Roma ouvrira le jeu demain (mercredi) parce qu'ils auront encore le match contre Qarabag à Rome pour se qualifier."

Q: Quel discours avez-vous tenu auprès d'Antoine Griezmann, qui reste sur 8 matches d'affilée sans marquer avec l'Atlético et a été sifflé samedi dernier ?

R: "Il est normal qu'Antoine soit préoccupé, parce qu'évidemment il aimerait montrer son meilleur visage. Il a besoin de buts. Dans beaucoup de matches, il n'a pas marqué mais il a affiché un bon rendement dans le jeu. Mais il s'est beaucoup identifié aux buts et quand cela ne lui sourit pas, il en souffre. L'équipe finit par le payer et le public se met en colère, parce que c'est un joueur important qui a toujours marqué ces derniers mois. C'est un joueur qui a tout, un footballeur extraordinaire. A notre niveau (d'entraîneurs), nous pouvons seulement le soutenir, lui apporter tranquillité et confiance pour qu'il continue à jouer. A un moment donné, il retrouvera son état naturel, à savoir marquer des buts."

Q: Le manque de réussite de Griezmann est-il lié à son isolement sur le terrain, comme l'a sous-entendu son frère ?

R: "Il faut respecter l'opinion du frère d'Antoine, mais Antoine va bien. Il a simplement besoin de se retrouver lui-même, de retrouver les buts. C'est un garçon jeune avec un futur énorme et un présent brillant. Ses équipiers l'aiment, le public de l'Atlético lui a montré son affection ces derniers mois. Quand quelqu'un a autant apporté, et c'est sa quatrième saison avec nous, il est normal qu'on lui en demande toujours plus. Tout comme on m'en demande plus à moi ou à tous ceux qui sont des idoles dans ce club."

Propos recueillis en conférence de presse.

Catégories: Actualités

Mondial-2018: Rakitic (Barça) aimerait "donner sa place à Buffon" (Juve)

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 20:40

"J'aimerais pouvoir lui dire d'aller à la Coupe du Monde à ma place": Le milieu de terrain croate de Barcelone Ivan Rakitic a regretté mardi que Gianluigi Buffon, éliminé avec l'Italie, ne puisse pas participer au Mondial.

"C'est quand même difficile d'expliquer le football à Buffon", a d'abord souri Rakitic quand on lui a demandé d'expliquer pourquoi l'Italie n'avait pas réussi à se sortir de son barrage face à la Suède, alors que la Croatie a éliminé la Grèce.

"J'aimerais pouvoir lui dire d'y aller à ma place. Il est unique, vraiment. Quand un enfant fait son équipe avec un papier et un crayon, il met toujours Buffon dans les buts", a ajouté le milieu du Barça, qui affrontera mercredi la Juventus de Buffon dans un duel au sommet de la Ligue des Champions.

"J'ai vu les images de lui après le match contre la Suède. Ca donne envie d'être proche de lui, quelle que soit ton équipe. C'est vraiment dommage qu'un joueur comme lui n'ait pas la chance de jouer un dernier Mondial", a-t-il ajouté.

Peu après, le gardien de la Juventus a répondu sur son compte Twitter. "Cher Ivan, je pourrais sans doute continuer comme gardien de but. Mais milieu de terrain de la Croatie à ta place, ça ne serait peut-être pas une super idée. Je dis ça pour vous. Blague à part, tes mots ont été un superbe cadeau", a-t-il écrit.

Buffon, 39 ans, a annoncé sa retraite internationale après le barrage perdu par l'Italie face à la Suède alors qu'il rêvait de devenir le premier joueur à disputer six Coupes du Monde.

Catégories: Actualités

USA: le doyen démocrate de la Chambre accusé de harcèlement sexuel

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 20:20

John Conyers, figure du parti démocrate américain et membre le plus ancien de la Chambre des représentants, a harcelé sexuellement ses collaboratrices, selon des témoignages publiés par le site Buzzfeed. Les chefs du groupe démocrate ont demandé une enquête.

L'élu de Detroit, âgé de 88 ans et qui siège depuis 1965 à la Chambre, a fait verser un peu plus de 27.000 dollars en 2015 à une ancienne collaboratrice parlementaire qui l'accusait de l'avoir licenciée parce qu'elle avait rejeté ses avances sexuelles, selon Buzzfeed lundi.

Ce règlement s'est fait en échange de la signature d'un accord de confidentialité, et sans reconnaissance de responsabilité par le parlementaire. La femme qui accuse John Conyers garde l'anonymat dans l'article.

Dans un communiqué, John Conyers a reconnu le versement de cette somme mais a expliqué avoir dès le début "nié expressément et vigoureusement les accusations faites à (son) encontre". "Je continue à le faire. Mon bureau a résolu les allégations - avec un refus formel de responsabilité - afin d'éviter à toutes les personnes concernées les rigueurs d'une longue procédure judiciaire", a-t-il ajouté.

Mais la chef de l'opposition, Nancy Pelosi, a pris ses distances avec cette légende du Congrès, appelant à une politique de "tolérance zéro pour le harcèlement, les discriminations ou les abus".

"Comme je l'ai dit auparavant, toute allégation crédible de harcèlement sexuel doit faire l'objet d'une enquête de la commission éthique" de la Chambre, a-t-elle déclaré.

Son numéro deux, Steny Hoyer, s'est joint à son appel.

Le site Buzzfeed a aussi obtenu des déclarations sous serment d'anciens collaborateurs et collaboratrices de John Conyers, signées en 2014, dans lesquelles ils ou elles décrivent la façon dont l'élu faisait des avances sexuelles à des femmes travaillant pour lui, y compris en les touchant de manière sexuelle.

L'élu a demandé "souvent" à l'une d'elles de dormir dans la même chambre d'hôtel que lui, en déplacement. Il avait aussi, selon un témoignage, l'habitude de faire voyager ses maîtresses sur les fonds de son bureau parlementaire.

Sans citer M. Conyers, le président de la Chambre, le républicain Paul Ryan, a néanmoins qualifié ces révélations d'"extrêmement troublantes" et répété que des réformes étaient en cours pour mieux prévenir le harcèlement sexuel au Congrès.

Héros de la lutte pour les droits civiques des Noirs, John Conyers est le démocrate le plus élevé au sein de la commission des affaires judiciaires de la Chambre.

La vague de dénonciation du harcèlement sexuel gagne aux Etats-Unis depuis quelques semaines le Congrès, où deux élues ont affirmé récemment qu'au moins deux de leurs collègues masculins, non nommés, étaient coupables de ce type de comportement.

Les femmes parlementaires, et non les seules collaboratrices, étaient elles-mêmes victimes de harcèlement.

Lundi, la démocrate Diana DeGette a ainsi accusé l'ancien élu démocrate Bob Filner de harcèlement.

"Il y a plusieurs années, j'étais dans un ascenseur et Bob Filner, qui était alors parlementaire, a essayé de me coincer contre une porte de l'ascenseur et de m'embrasser. Je l'ai repoussé", a-t-elle dit dans une interview sur MSNBC. M. Filner a quitté le Congrès fin 2012.

Diana DeGette raconte aussi avoir dû repousser les avances d'un diplomate français, des années auparavant.

"Quand j'étais une jeune parlementaire, j'étais à un dîner diplomatique et l'un des diplomates français a essayé de mettre sa main sous ma robe", a-t-elle dit.

Catégories: Actualités

Les Etats-Unis décident de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord

Les mesures prises concernent également des entreprises chinoises, alors que Washington veut isoler un peu plus le régime de Kim Jong-un.
Catégories: Actualités

McDonald's va démolir la réplique de son premier restaurant franchisé

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 20:00

Abandonnée et fermée à toute visite depuis une décennie, la réplique du tout premier restaurant franchisé McDonald's construit dans une banlieue de Chicago va être détruite, a annoncé mardi le géant de la restauration rapide.

Elle a été érigée sur le site même du premier établissement franchisé ouvert en 1955 à Des Plaines après le rachat de la marque par Ray Kroc aux frères Richard et Maurice McDonald.

Silhouette architecturale des années 1950 avec les célèbres deux arches dorées pour piliers, le "Store No.1" fait toujours la promotion du hamburger à 15 cents et se vante d'en avoir vendu "plus d'un million".

Le groupe, qui a désormais vendu "des milliards" de hamburgers, a bâti cette réplique trente ans après l'ouverture du restaurant --rasé en 1984-- pour en faire un musée. Sans oublier le carrelage rouge et blanc recouvrant les murs extérieurs et des mannequins portant l'uniforme d'origine des serveuses.

Le quotidien Chicago Tribune se souvient qu'elle était une destination touristique populaire. Mais des inondations fréquentes ont entraîné sa fermeture aux visiteurs en 2008.

Il est néanmoins toujours possible de jeter un coup d'oeil à l'intérieur. Pour quelques temps encore du moins puisque McDonald's a indiqué mardi avoir demandé un permis de démolition auprès des autorités.

"Cette propriété à Des Plaines aura toujours une place spéciale dans l'histoire de notre groupe", a-t-il expliqué dans un communiqué, précisant que l'emplacement du bâtiment et l'étude de la "faisabilité de le rouvrir et de l'entretenir nous ont conduits à cette décision".

Catégories: Actualités

L’Etat et Saint-Martin signent un accord pour la reconstruction de l’île

Le texte préconise notamment de renforcer les services de l’Etat à Saint-Martin, dont 95 % du bâti a été endommagé par l’ouragan Irma.
Catégories: Actualités

Ligue 1: pour Rodgers (Celtic), le PSG a "une sacrée chance de gagner la compétition"

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 19:48

L'entraîneur du Celtic Glasgow Brendan Rodgers a estimé que le PSG avait "une sacrée chance de gagner" la Ligue des champions 2017-2018, mardi à la veille de défier le club français au Parc des Princes pour la cinquième journée de la phase de groupes de Ligue des champions.

"Ils sont vraisemblablement les meilleurs des meilleurs", a estimé l'ancien entraîneur de Liverpool, interrogé sur son futur adversaire qui avait étrillé le Celtic 5-0 à l'aller en Ecosse.

"Cette équipe aura une sacrée chance de remporter la compétition. Ils ont de la qualité à tous les postes, des joueurs incroyables et quand vous avez leur capacité à marquer, avec Cavani, Neymar, Di Maria, Mbappé... vous pouvez faire ce que vous voulez et vous savez que vous pouvez gagner des matches. Ils l'ont montré contre le Bayern Munich, une autre équipe incroyable", battu 3-0 au Parc des Princes, a encore déclaré Brendan Rodgers.

"Nous sommes en grande compagnie en termes de niveau", a-t-il encore estimé. "C'est une superbe compétition à disputer pour contribuer à développer notre club", d'ores et déjà éliminé de la Ligue des champions au terme de la phase de poules mais qui a une bonne chance d'être reversé ensuite en Europa League, en fonction du résultat de son dernier match de poules, contre Anderlecht.

Quant au PSG, il va tenter de s'imposer mercredi avant de défier le Bayern Munich en Allemagne le 5 décembre.

Catégories: Actualités

LCP suspend Frédéric Haziza, soupçonné d'agression sexuelle

LCP Assemblée nationale - mar, 11/21/2017 - 19:43

La chaîne parlementaire (LCP) a suspendu mardi son présentateur vedette Frédéric Haziza et ouvert une enquête interne à son encontre, après une plainte d'une journaliste de la chaîne, Astrid de Villaines, pour agression sexuelle.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire dans le cadre de cette plainte déposée dimanche, a indiqué une source judiciaire.

Les faits se sont produits en novembre 2014 dans la rédaction et ont valu à l'époque un avertissement au présentateur, selon LCP. 

Dans sa plainte, dont des extraits ont été publiés par le site BuzzFeed, qui révèle l'affaire, Astrid de Villaines relate que le présentateur lui a "pincé la fesse gauche" après lui avoir bloqué le passage.

"J'ai été extrêmement choquée par cet acte. J'étais comme paralysée, pendant longtemps j'étais incapable d'en parler. Quand j'ai commencé à le faire, on m'a conseillé de porter plainte mais j'hésitais", raconte-t-elle à l'AFP.

"J'ai eu des réminiscences au moment de l'affaire Denis Baupin", député qui a été accusé publiquement d'agressions sexuelles par huit femmes dont quatre élues écologistes, avant que l'enquête soit classée sans suite pour cause de prescription. "Et puis avec l'affaire Weinstein, je me suis dit qu'il fallait que je parle", explique-t-elle, précisant avoir le soutien de sa rédaction.

Le délai de prescription approchant, elle a porté plainte dimanche.

"L'avertissement qui m'a été signifié il y a 3 ans, le 20 novembre 2014, m'a fait prendre conscience de l'ambiguïté de certains gestes. J'ai alors compris que j'avais pu involontairement blesser ma collègue. Je réitère mes excuses, n'ayant jamais eu l'intention d'outrager quiconque", a réagi Frédéric Haziza sur Twitter.

"Depuis cette date, j'ai toujours pris soin de me conformer à une attitude qui ne souffre d'aucune ambiguïté", assure-t-il.

LCP a de son côté annoncé l'ouverture d'"une enquête interne menée par le secrétaire général de LCP Eric Moniot, avec un délégué du personnel et un membre du CHSCT".

- "Unanimement choqués" -

"Afin de permettre à cette enquête de se dérouler dans le climat le plus serein possible, la direction a décidé de suspendre la participation de Frédéric Haziza dans les émissions de LCP", a ajouté la chaîne.

Sur LCP Frédéric Haziza anime "Questions d'Info" (en partenariat avec l'AFP, Le Monde et France Info) et "Entre les Lignes". Il interviewe également chaque dimanche une personnalité politique sur Radio J.

Le site BuzzFeed publie d'autres témoignages, anonymes, décrivant des comportements et propos déplacés du présentateur envers des collaboratrices.

La société des journalistes de la chaîne, "unanimement choqués par l'ampleur et le contenu de ces révélations", avait demandé dans l'après-midi "un retrait de l'antenne ainsi qu'une mise à pied à titre conservatoire de Frédéric Haziza".

Selon BuzzFeed, la députée Isabelle Attard, alors membre du conseil d'administration de la chaîne, avait signalé en décembre 2016 un problème de "harcèlement sexuel" au sein de LCP. 

La chaîne a précisé qu'"aucune autre dénonciation visant ce journaliste, directe ou indirecte, n'a été transmise à la direction".

Se disant "déterminés à lutter contre le sexisme et le harcèlement partout et en toutes circonstances", le président de l'Assemblée nationale François de Rugy (LREM) et le président de la délégation du bureau chargé de la presse Hugues Renson ont annoncé qu'ils convoquaient la présidente de LCP Marie-Eve Malouines pour qu'elle leur "détaille les mesures prises" dans cette affaire. 

Mme Malouines a de son côté "réaffirmé son engagement à protéger les victimes de harcèlement et à tout mettre en oeuvre pour favoriser leur expression et faire cesser les agissements de harcèlement/agression qui seraient avérés".

sr-nal-pta-ic/alu/rh/bw

Catégories: Actualités

Au Parlement du Zimbabwe, la parole s'est enfin libérée

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 19:40

Le Parlement zimbabwéen n'a pas eu le temps de voter la destitution de Robert Mugabe. Le président a démissionné avant. Mais sa session extraordinaire aura servi d'exutoire aux élus, qui en ont profité pour dénoncer les 1.001 dérives de son règne.

En ce mardi après-midi historique, l'hémicycle n'est pas assez grand pour accueillir les députés et les sénateurs qui se pressent pour engager la procédure de destitution contre l'ancien héros de l'indépendance devenu paria.

La session est momentanément interrompue. Tout le monde se déplace vers le centre international de conférence d'Harare, suffisamment spacieux pour accueillir tous les élus.

Vers 16h45 (14h45 GMT), la sénatrice Monica Mutsvangwa, du parti présidentiel Zanu-PF, entre dans le vif du sujet. Elle présente en son nom la motion de destitution et égrène les raisons qui justifient son examen.

"Faute grave", "manquement à la Constitution", "violation délibérée de la Constitution", "incapacité" à occuper ses fonctions, les accusations se succèdent.

Assis à des tables drapées de nappes blanches, dans la fosse de l'immense centre de conférence, les élus écoutent attentivement.

"Le président a abandonné ses pouvoirs constitutionnels à son épouse" Grace Mugabe, explique Mme Mutsvangwa, abandonnant progressivement les formules officielles.

"Mugabe a autorisé sa femme à abuser des ressources de l'Etat (...), insulter et humilier le vice-président de ce pays, l'honorable Emmerson Mnangagwa, menacer de le tuer", énumère-t-elle.

La première dame a mené une vive campagne de dénigrement contre son adversaire dans la course à la succession du président Mugabe. Le 5 novembre, à la veille de l'éviction du vice-président, elle l'accuse d'avoir ourdi des complots.

Les partisans de M. Mnangagwa la soupçonnent même d'avoir voulu empoisonner leur candidat... avec de la crème glacée produite dans une laiterie qu'elle possède.

- Réquisitoire -

"Nous n'avons aucun mot pour justifier la prétendue première dame qui est allée en Afrique du Sud et a frappé une jeune femme", poursuit Monica Mutsvangwa sur un ton de procureure.

En août dernier, Mme Mugabe avait été accusée d'avoir frappé une mannequin dans un hôtel huppé de Johannesburg. Pour échapper à toute poursuite, elle avait obtenu l'immunité diplomatique, provoquant un tollé de l'opposition.

Et Monica Mutsvangwa de poursuivre. "A cause de son âge avancé", Robert Mugabe "n'est pas capable de représenter l'Etat avec le décorum et la dignité qui s'imposent. Nous avons vu notre président dormir en conseil de ministres et lors de réunions internationales".

Des affirmations encore impensables il y a quelques jours.

"Nous avons même vu notre président lire le mauvais discours devant le Parlement", rappelle la sénatrice. En 2015, le président s'était ridiculisé en lisant, sans sourciller à un mois d'intervalle, le même discours.

Le chef de l'Etat a aussi "ignoré la corruption", annulé en novembre "la nomination du procureur général Ray Goba" pour permettre au ministre Jonathan Moyo "d'éviter des poursuites" pour fraude, conclut Monica Mutsvangwa.

Elle passe alors le relais aux autres élus et le déballage continue.

"Robert Mugabe est devenu une source d'insécurité dans ce pays", affirme James Maridadi, député du Mouvement pour le changement démocratique (MDC, opposition).

"Il est l'homme qui a massacré 20.000 personnes" dans le sud du pays dans les années 1980, poursuit sa consoeur Priscilla Misihairambwi Mushonga. "C'est l'homme qui a présidé aux meurtres des fermiers" pendant la réforme agraire controversée lancée audébut des années 2000.

Soudain, à la tribune, le président du Parlement, en robe noire, se lève et prend la parole. Contre toute attente, il lit la lettre de démission du président Mugabe. Tonnerre d'applaudissements.

Dans le centre de conférence, des manifestants démontent, sous les vivats, un portrait de Mugabe. Ils le remplacent immédiatement par celui d'Emmerson Mnangagwa, barré du slogan "Viens nous aider".

Catégories: Actualités

Un journaliste de LCP accusé d'agression sexuelle, le parquet ouvre une enquête

L' Essentiel - SudOuest.fr - mar, 11/21/2017 - 19:35

Frédéric Haziza, présentateur vedette de la chaîne, est visé par une plainte déposée par une autre journaliste de LCP pour des faits qui se sont produits en novembre 2014.
Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après les accusations d'agression sexuelle portées à l'encontre de Frédéric Haziza,... Lire la suite

Catégories: Actualités

Gérard Filoche exclu du Parti socialiste après son tweet antisémite

France 24 - L'info en continu - mar, 11/21/2017 - 19:20

Gérard Filoche, représentant de l'aile gauche du PS, a été exclu mardi du parti pour avoir publié un tweet antisémite, a annoncé sur Twitter David Assouline, secrétaire national.

"Le Bureau National a voté à l?unanimité pour l?exclusion de G. Filoche. Il ne pourra plus dès ce soir se réclamer du Parti Socialiste et de ses instances", a écrit M. Assouline, précisant que "l?antisémitisme est incompatible avec nos valeurs fondamentales".

M. Filoche "ne peut plus ni s?exprimer au nom du PS ni être membre de nos instances", a précisé à la presse Rachid Temal, coordinateur du PS.

M. Filoche, membre du BN, avait relayé vendredi soir un montage photographique circulant dans la "fachosphère", où l'on voit Emmanuel Macron, le bras ceint d'un brassard nazi orné d'un dollar en lieu et place de la croix gammée, devant les drapeaux américain et israélien et des photos de Patrick Drahi, Jacob Rothschild et Jacques Attali.

M. Filoche, ancien syndicaliste et ancien inspecteur du travail, cofondateur de SOS Racisme avec Julien Dray et Harlem Désir, a rapidement effacé son tweet et s'est dit "désolé", mais les condamnations de la classe politique ont été unanimes.

Lundi, le parquet de Paris avait annoncé avoir ouvert une enquête à l'encontre de l'ancien trotskiste. Le même photomontage avait déjà été diffusé en février sur le site de l'essayiste d'extrême droite Alain Soral, ce qui lui vaut d'être poursuivi.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités